Elections municipales du 11 mars 2001

Notre journal de propositions

Sommaire

L'éditorial
Depuis 12 ans à votre écoute  et une bonne expérience du conseil municipal
La circulation et le stationnement
    Un plan  /  La sortie des écoles   / les transports en commun  / un parking près de la gare faciliter l'usage du vélo
L'urbanisme
     Les logements sociaux,  l'habitat, le règlement d'urbanisme, la vie de quartier
L'environnement
     Les avions, les déchets, éduquer à l'environnement, un jumelage avec un canton rural  , les jardins familiaux, la Maison de l'environnement
La sécurité et l'éducation des jeunes
    Les cas les plus graves
    La délinquance malheureusement ordinaire
        ConnaîtreSanctionner  ,  rappeler aux parents leurs responsabilités , reconquérir le territoire , Faire fonctionner le CCPD,   donner vie au Contrat local de sécurité
        deux exemples venus d'ailleurs
Accompagner les âges de la vie
        Les petits  Les jeunes L'école (l'entretien des écoles , les classes de découverte    Réussir à l'école ) Les retraités  (favoriser les relations entre générations, faciliter la vie à domicile)
        Les personnes en situation difficile
La culture
        La politique culturelle ,   Les jumelages, Internet,
Les sports
       L'équipementLa sécurité des gymnases l'accès aux sports   la fête du sport
La démocratie locale Les relations avec les associations  (former les bénévoles, des conventions pluriannuelles, le comité de développement de la vie associative)
La gestion communale  Les économies à faire
La communauté d'agglomération  une chance, peut-être un risque d'étouffement financier, sûrement
 
 
 

Editorial
 

En vérité

Notre méthode, notre comportement et notre programme d'action seront différents de ceux que nous connaissons aujourd'hui dans notre ville.

Nous sommes indépendants ; nous avons préparé notre programme et constitué notre liste sans rien négocier avec aucun parti.

Comme nous l'avons fait depuis six ans, une fois élus nous continuerons de vous informer en vous donnant les moyens de vérifier que ce que nous disons est vrai.

Nous respecterons l'opposition, composante essentielle de la démocratie.

Sur quelques grands sujets, nous vous consulterons en vérité, c'est à dire avant de décider et après vous avoir proposé plusieurs possibilités alternatives.

Nous vous dirons la vérité sur la situation de notre ville, notamment sur la sécurité.

Nous vous rendrons compte de la réalisation de notre politique.

Nous rechercherons ce qui se fait de mieux dans d'autres communes pour nous en inspirer.
Il n'y aura ni favoritisme, ni népotisme, ni discrimination car nous n'avons de compte à rendre à personne, sinon à vous.

Nous accueillerons les propositions venant des Génovéfains sans tenir aucun compte de leurs orientations politiques.

Ainsi, tous ceux qui en ont le désir pourront mettre un peu de leur temps au service de nos concitoyens. S'il le faut, nous les aiderons à acquérir la compétence nécessaire.

Notre société, notre ville en ont grand besoin 

Nous avons la volonté d'agir avec vous tous - pour vous tous.
 
 
 

Depuis déjà onze ans, nous travaillons sur les affaires de la ville.
A votre écoute, nous ressentons clairement l'évolution de la situation.

Dans les dernières années, une préoccupation a pris le dessus : la sécurité.

Vous êtes aussi soucieux de l'avenir de vos enfants dans un temps marqué par la montée de la violence, par la mondialisation et par les problèmes globaux. Une autre préoccupation est très forte, la transparence : vous voulez être informés, vous voulez comprendre pourquoi et comment les décisions sont prises. Naturellement vous attachez du prix aux conditions de la vie quotidienne, vous voulez que l'argent public soit bien employé et que la commune vous rende des services de bonne qualité ; sans verser dans l'assistanat, vous voulez également que la commune porte assistance aux personnes en situation de faiblesse. Enfin vous êtes nombreux à vous rendre compte que pour retisser les liens sociaux, les fonctionnaires ne suffiront pas (car il faudrait augmenter beaucoup les impôts) : il faut s'y mettre tous ; la commune doit donc encourager l'action des bénévoles.
 

Tout cela a orienté le programme que nous vous proposons. 
Comme la sécurité et la délinquance des jeunes, de très loin, viennent en tête de vos préoccupations, nous vous présentons notre programme avec précision : vous verrez que nous l'avons beaucoup travaillé en recherchant l'efficacité et l'équité, en traitant à la fois d'éducation et de sanction, car la sanction est un moyen nécessaire de l'éducation, en étant fermes tout en continuant d'aimer ces jeunes, qui sont nos enfants. 

Bien sûr, ce programme sera adapté en fonction de ce que nous réserve l'avenir et aussi en fonction de ce que nous découvrirons si vous nous confiez la gestion de la ville.
 

Ste Geneviève Autrement
une bonne expérience du Conseil municipal et des dossiers de la ville

Depuis six ans, les élus de Ste Geneviève Autrement, Henri Prévot et Dominique Szczepanek, ont été assidus aux réunions du conseil municipal et des commissions municipales : six ans d'opposition cela permet de se former aux réalités de la ville et au fonctionnement du conseil municipal !
Ils ont lu et étudié tous les dossiers ; ils sont souvent intervenus pour demander des explications, s'étonner d'anomalies, ou pour expliquer leur vote.
Ils ne se sont jamais opposés par principe, par esprit de système.
Et Ste Geneviève Autrement a toujours fait des propositions : elle ne les a  pas cachées pour les sortir au dernier moment, juste avant les élections.
 
 

La circulation et le stationnement

Un plan

Le nombre de voitures a beaucoup augmenté. Il faut les garer. Par ailleurs, l'aménagement de la Route de Corbeil décidé apparemment sans aucune réflexion sur ses conséquences détourne un grand nombre de voitures vers des rues qui ne sont pas préparées pour cela.

Les voitures stationnent n'importe comment : près des carrefours, cela gêne la visibilité et présente un risque, sur le trottoir, obligeant parfois les piétons à marcher sur la chaussée, ce qui, également, est dangereux. Dans plusieurs rues jadis paisibles, les voitures sont aujourd'hui nombreuses, bruyantes, rapides et dangereuses.

Des agents municipaux feront d’abord des avertissements puis établiront des procès-verbaux dans les cas dangereux.

Nous engagerons l'étude d'un plan de circulation, y compris les limitations de vitesse et les règles de stationnement, avec le concours d'experts et la participation d'un comité consultatif formé d'élus et d'habitants de notre ville.

Ce plan devra laisser une place suffisante aux vélos, aux rollers, aux poussettes d'enfants sans oublier les fauteuils roulants - on ne voit très peu de fauteuils roulants dans nos rues.

Il comportera des zones ou des trajets où la vitesse sera limitée à 30 Km/h, notamment à l'approche des écoles.

La sortie des écoles

Les voitures seront ralenties à la sortie des écoles. Plusieurs moyens sont possibles : une limitation permanente de vitesse avec des contrôles périodiques ; la présence d'un "régulateur" pour ralentir les voitures, vêtu de vêtements réfléchissant pour être vu très facilement ; celui-ci peut être un emploi-jeune ou un autre agent payé par la ville ou encore, comme ce la se voit souvent, un bénévole. Nous privilégierons cette dernière façon de faire.

Les transports en commun

Dans l'ensemble, ils fonctionnent bien, sauf aux heures creuses : en journée et surtout le soir,  après 22 heures..
La nouvelle municipalité les complétera par un transport collectif à la demande, comme cela se fait au Plessis Robinson et à Conflans Ste Honorine par exemple. Le "Allobus" est un petit autobus aménagé pour les personnes à mobilité réduite qui circule en permanence, et qui peut être appelé par un habitant qui a besoin de se déplacer ; il arrange son parcours pour satisfaire tout le monde dans le minimum de temps. 

Le parking à voitures de la gare

Sur un partie du parking actuel, nous étudierons avec la SNCF la création d'un parking en étage qui sera gardé.

Faciliter l'usage du vélo

En ville, le vélo est un moyen de transport économique et non polluant ; de plus il n'abîme pas la chaussée et occupe peu de place ; enfin il participe à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Il ne se développe pas pour deux raisons principales : d'une part le risque de voir son vélo abîmé ou volé et d'autre part le risque de se faire renverser.
Dans un premier temps, nous sécuriserons les parkings à vélos à la gare, près de bâtiments publics et dans les zones commerçantes.
 
 

L'urbanisme




Regardons loin devant, car il faut plus de 10 ans pour que les choix  se traduisent dans la réalité. Cela ne nous empêche pas d'être attentif aussi à la vie quotidienne.
 

Maintenir en bon état les logements sociaux 

Un accord a été passé récemment entre la ville et la SCIC pour la propreté du quartier des Aunettes. Mais de gros progrès restent à faire. 

Des pannes d'électricité qui, pendant plusieurs jours, plongent les escaliers et les paliers d'une tour de 15 étages dans le noir total, ce n'est pas seulement gênant, c'est dangereux.

De très nombreuses dégradation ne sont pas réparées. Notre municipalité passera avec les bailleurs un accord global pour lutter contre les dégradations et pour réparer les pannes dans les plus brefs délais.

Revoir le règlement d'urbanisme pour en éliminer les incohérences

Il arrive que plusieurs dispositions de la loi et du règlement d'urbanisme conduisent à des situation inextricables ou franchement injustes. Il faut alors les "interpréter" et l'on se trouve dans une situation incertaine. Tout cela n'est pas sain.

Nous analyserons donc le règlement d'urbanisme pour en ôter les dispositions contestables. Nous ferons ce difficile travail en relation étroite avec les services juridique du ministère de l'équipement.

L'évolution de l'habitat

A Ste Geneviève, la proportion des logements sociaux est supérieure au minimum fixé par la loi Gayssot. Notre ville a trouvé un équilibre que nous n'avons pas l'intention de modifier.

La vie de quartier

Les repas de quartier  : Nous apporterons une contribution financière et surtout matérielle.

Le carnaval : Nous ferons revivre le carnaval avec des chars préparés par les écoles, les quartiers ou les associations.

Des correspondants locaux  : Nous reconnaîtrons des « correspondants locaux » choisis par les habitants des différents quartiers de la ville. Ces correspondants seront régulièrement invités pour des réunions d’information et d’échanges. Ils seront également associés à la préparation de réunions de quartiers avec le maire ou des adjoints.
 
 

L'environnement

Le bruit des avions

Nous suivrons au jour le jour le dossier technique et nous maintiendrons au jour le jour la pression sur les instances de décision, c'est à dire, en vérité, le ministre des transports lui-même - et non pas son administration ni une commission consultative.

Une possibilité doit être étudiée : les avions qui survolent Ste Geneviève atterrissent à Orly ; ils passaient auparavant au dessus de la porte d'Orléans et leur trajet a été modifié pour laisser la place aux avions qui atterrissent à Roissy. Or il est sans doute possible de ne pas modifier le trajet des avions pour Orly et de faire voler les avions pour Roissy au-dessus. 

Nous exigerons du ministre des transports qu'il fasse étudier précisément cette possibilité qui n'augmentera pas les nuisances puisque les avions, dans ce cas, passeront tous au-dessus d'une zone qui est déjà bruyante.

Les déchets ménagers

Comme à St Michel sur Orge, nous proposerons à tous ceux qui habitent en pavillon de composter eux-mêmes leurs déchets verts en acquérant un composteur à moitié prix. En diminuant les quantités de déchets enlevés, ce sera pour tous une économie très appréciable.

Eduquer à l'environnement 

Un jumelage avec un canton de campagne : pour redonner à tous, et surtout aux enfants, le contact avec la nature - la naissance d'un veau, une buse qui attaque un mulot, l'entretien de la forêt, la cueillette des champignons etc. 

En retour, des familles de Ste Geneviève pourraient accueillir une "classe ville", qui visiterait Fontainebleau, Paris et Versailles.

Les jardins familiaux 

Ste Geneviève peut s'enorgueillir de ses jardins familiaux entretenus avec amour par des habitants ; le stand qu'ils ont faits aux Floralies a connu un grand succès. Nous donnerons davantage de place à ces jardins puisqu'il existe des terrains disponibles. Avec les associations intéressées nous les ouvrirons en particulier à la jeunesse ; elle sera heureuse de voir autre chose que du béton.

Une Maison de l'environnement : nous nous associerons au projet proposé à Morsang, dans le cadre de la communauté d'agglomération.
 
 

La sécurité, la première des libertés

Contre la délinquance des jeunes
éducation et sanction

La sanction est une partie indispensable de l'éducation




 Les cas les plus graves
    La délinquance malheureusement ordinaire
        ConnaîtreSanctionner  ,  rappeler aux parents leurs responsabilités , reconquérir le territoire , Faire fonctionner le CCPD,   donner vie au Contrat local de sécurité
        deux exemples venus d'ailleurs
 

Notre précédent journal a fait part de la longue plainte des habitants de certains quartiers, une expression de souffrance. Depuis dix ans, année après année, la situation se dégrade ; non seulement la vie des habitants devient impossible, mais, à la suite d'un amalgame inévitable, c'est la réputation de ces quartiers et l'image de toute la jeunesse qui y vit qui deviennent mauvaises, ce qui est une grave injustice.
Notre programme forme un ensemble cohérent qui allie l'éducation et la sanction.

Pour traiter les cas les plus graves

 Aujourd'hui un jeune de moins de quinze ans qui a agressé d'un coup de couteau un lycéen de Einstein continue d'aller et venir librement. C'est inacceptable. Pour cesser de nuire et pour être rééduqués, certains jeunes doivent être écartés, soit dans un établissement à encadrement renforcé soit même en milieu fermé. 

- Pour les cas les plus graves, il faudra modifier la loi ; en effet certains jeunes de moins de seize ans ne peuvent être rééduqués que dans un milieu fermé : c'est la seule façon de leur apprendre qu'il existe des limites. Cet enfermement est un acte éducatif dont ils ont besoin, une préparation à la vie sociale : le jeune n'aura pas à purger une peine ; bien au contraire il sera remis en liberté aussi tôt que possible.
Pour modifier la loi, nous nous associerons à d'autres communes pour faire pression sur le gouvernement.

Note (février 2002) : la loi rend possible la prison pour les enfants à partir de 13 ans, même pour des délits. Par contre, la question de la détention provisoire se pose car elle n'est  possible à cet âge que pour des faits qui peuvent être qualifiés de crime. Voir une présentation de l'ordonnance de 1945. Par ailleurs, dans notre esprit, s'il s'agit d'une "prison" en ce sens que l'enfant ne peut pas s'en échapper, c'est avant tout un lieu d'éducation spécialement conçu, ce qu'il est convenu d'appeler une "éducation renforcée".

- Pour trouver des places dans des établissements à encadrement renforcé : comme la capacité de ces établissements est insuffisante, nous proposerons au ministère de la Justice de participer au financement de l'investissement nécessaire - comme l'a fait la ville de Beauvais - voir encadré. Normalement, cela ne relève pas de la commune, mais la situation est trop sérieuse : il faut prendre une initiative
 
 

La délinquance malheureusement ordinaire
- pneus crevés, incendies de cave, dégradations etc.… -

Une règle de base : tout acte de délinquance dont l'auteur est connu doit être sanctionné.
 

Connaître la situation

Etablir un tableau de bord avec les informations venant de toutes origines, les services de l'Etat, les commerces, les assurances, les services de la ville les médecins (dans le respect du secret professionnel) etc.

Sanctionner

- La commune déposera plainte elle-même contre les dégradations d'équipements municipaux
- Nous demanderons aux bailleurs sociaux (SCIC et autres) de déposer plainte
- Nous encouragerons les habitants à porter plainte sur un registre confidentiel.
- Le personnel municipal encadrera  une vingtaine de Travaux d'intérêt général, TIG, par an.
- La commune facilitera l'action des conciliateurs de justice.
- Elle facilitera aussi l'action des associations d'aide aux victimes.

Rappeler aux parents leurs responsabilités 

- Le maire ou un adjoint rencontrera les parents pour les sensibiliser à leurs responsabilités
- La commune se portera partie civile pour faire payer aux parents les dégâts sur les équipements municipaux
- Nous demanderons aux parents de passer du temps avec une personne compétente pour parler de l'éducation de leurs enfants. En attendant, les aides municipales aux parents de délinquants seront suspendues.
- Nous soutiendrons l'action d'associations qui aident les parents dans leur tâche d'éducateur.

Reconquérir le territoire

C'est essentiel : on assiste aujourd'hui à une espèce de guerre larvée ; d'année en année, on voit des bandes de jeunes occuper le terrain ; ils "l'aménagent" à leur façon ; il faut demander l'autorisation de le traverser ; et, sur ce territoire, la loi n'est plus respectée et parfois, les armes parlent et les habitants "civilisés" battent en retraite, se réfugient chez eux ou, pour ceux qui le peuvent, quittent le quartier. Il faut donc reconquérir ce territoire, avec calme et fermeté, par la présence physique d'une nombre suffisant de personnes. La police n'y suffira pas.

- La ville recrutera des éducateurs spécialisés et des agents locaux de médiation sociale, ALMS 
- Avec le bailleur, la municipalité reconnaîtra des "correspondants d'immeubles".
- La ville leur proposera une formation.
- Nous étudierons comment surveiller des endroits les plus sensibles. Une vidéo surveillance sera installée dans quelques lieux publics (gymnases par exemple)

Réactiver le Conseil communal de prévention de la délinquance

- Réunions régulières et bien préparées : travail en commission, formation d'un bureau restreint et actif ; retenir quelques objectifs, mettre au point un tableau d'indicateurs de suivi qui sera publié.
- Elaborer le programme éducatif de la ville pour servir de guide à l'action de tous les intervenants : îlotiers, ALMS, éducateurs de rue, agents municipaux, associations éducatrices, justice etc.
- Rendre compte à la population de l'état de la situation, des actions en cours, des résultats et des projets.
 
 

Commune - police - justice :
pour que le contrat local de sécurité
soit autre chose que des vœux pieux

- Henri Prévot : "Nous rencontrerons de suite les responsables de la police, ceux des bailleurs (SCIC et autres) et le Procureur de la République pour leur dire : 
1- La commune fera son devoir et même davantage : encadrer des TIG, recruter des agents de médiation et des éducateurs de rue, porter plainte, rappeler aux parents leurs responsabilités, multiplier les activités éducatrice, cofinancer des centres d'éducation renforcée.
2- Nous vous demandons donc de faire le vôtre :
Aux  bailleurs de sécuriser les entrées, de réparer les dégradations sans délais, de porter plainte, de faire payer les parents de délinquants, 
A la police et à la justice de traiter les plaintes et de sanctionner rapidement, de protéger les gens contre les représailles, d'écarter les jeunes incontrôlables, de mettre un nombre plus grand de policiers, de répondre immédiatement aux appels des correspondants d'immeubles "

Voilà comment prendra vie ce contrat local de sécurité qui aujourd'hui n'est qu'un recueil de bonnes intentions sans volonté ni financement.

********

Ici une photo que nous ne voulons pas publier

Nous avons pris la photo d'un immeuble de notre ville. Au moment de la publier, nous en avons eu honte, honte pour notre ville. Elle est sinistre. Portes arrachées, trottoir défoncé etc. Et nous avons pensé aux habitants de cet immeuble. Nous en connaissons beaucoup, avec qui nous avons longuement parlé.

Quand bien même cette photo démontre les conditions de vie subies par certains de nos concitoyens, nous avons renoncé à la publier.

********

Deux exemples

  L'école de la seconde chance de Beauvais et du département de l'Oise
- un bel exemple

Cette école, un exemple d'établissement à éducation renforcée, a ouvert ses portes l'automne dernier. Elle est le fruit d'une coopération entre le ministère de la justice, le département et la ville de Beauvais. Elle accueille 12 jeunes pour des séjours de six mois ou douze mois qui les préparent à rejoindre le cycle scolaire normal. L'encadrement est renforcé : un adulte par jeune environ. La commune a participé au financement de l'investissement à hauteur de 1,5 MF ; elle participe aux frais de fonctionnement à hauteur de 250 000 F par an.

A Liévin, dans le Nord, dans chaque cage d'escalier le bailleur a un "correspondant". 

Les habitants lui signalent les difficultés de voisinage : bruit, petite délinquance. Dans huit cas sur dix, ce correspondant règle la situation en allant parler aux parents ou aux jeunes. S'il n'y arrive pas, il en parle au gardien qui transmet de suite le cas au bailleur ; celui-ci réagit rapidement en portant plainte ou en menaçant de rompre le bail. Si le correspondant est menacé ou agressé, la police et la justice interviennent sans pitié : cela s'est produit quelquefois. 
 
 

L'action de la commune à tous les âges de la vie

Pour les petits

Aujourd'hui l'offre de crèches collectives est insuffisante. Pour la développer, nous encouragerons les crèches parentales. Ainsi les parents auront le libre choix entre plusieurs possibilités. Ils trouveront les informations utiles auprès du "relais assistantes maternelles". 

Pour les jeunes : qu'ils prennent leur place dans la vie

La commune encouragera les associations qui proposent aux jeunes des activités sportives ou de loisirs éducatifs ; elle mettra à leur disposition des locaux. Ainsi, les propositions faites aux jeunes seront beaucoup plus diversifiées qu'aujourd'hui : par exemple des ateliers de mécanique, de menuiserie, d'informatique ; et aussi une information sur les métiers, des visites et des stages en entreprises, etc.

Des jeunes veulent un lieu où se réunir le soir ? Fort bien ! La ville étudiera avec eux et les adultes de leur quartier comment utiliser au mieux les équipements qui existent, en particulier le Hall des jeunes, près du Parc Pierre, qui est fermé le soir, une bonne partie du samedi et le dimanche.  ((( (photo))))

D'autres demandes ne sont pas déraisonnables ; nous les étudierons en laissant aux jeunes la plus grande part possible dans la conception, la réalisation puis l'utilisation, sous le contrôle d'adultes.

Tout cela sera inscrit à l'ordre du jour du nouveau conseil municipal des jeunes.

A l'école : y être heureux et réussir

L'entretien des écoles :

Nous avons plus de vingt écoles maternelles et primaires. Il faut les entretenir régulièrement ; c'est une école tous les deux ans qu'il faut restructurer complètement. Le budget de notre ville doit le prévoir.

Les classes de découvertes

Nous encouragerons l'organisation de classes de découvertes par les enseignants et les parents en leur accordant le même soutien financier qu'à celles qui sont organisées par la commune.

Réussir à l'école : encourager le soutien scolaire

Voir des jeunes en situation d'échec durable à l'école est affligeant. Les jeunes ont une capacité d'enthousiasme, une volonté de connaître qu'il faut libérer de tous les obstacles pour leur épanouissement et leur joie de vivre.

Les Génovéfains peuvent faire beaucoup pour aider les enfants. Il existe aujourd'hui plusieurs démarches : étudiants rémunérés par la commune, aide apportée par le service jeunesse de la ville ou par des associations. Mais il est possible de faire plus : nous créerons les conditions pour que l'on trouve davantage de personnes bénévoles compétentes et efficaces.

Nous leur proposerons une formation qui les mette en relation avec les enseignants. Puis leur action sera suivie régulièrement. A cette fin, la municipalité passera une convention avec l'Education nationale. 

Pour les retraités

Privilégier l'intergénération : la municipalité sortante propose aux retraités des activités qui leur sont réservées. Nous vous proposerons aussi des activités qui mettent les retraités, jeunes ou moins jeunes, en relation avec d'autres générations : sorties, voyages, pique-niques, garde de jeunes enfants et activités d'éveil et de loisirs.

Faciliter la vie à domicile :  les services à domicile seront bien sûr maintenus et nous les développerons en coopération avec le secteur associatif.

Et pour tous ceux dont la situation est difficile

Malades, personnes dans le besoin ou souffrant de la solitude, chômeurs de longue durée - notre commune a envers eux un devoir de solidarité pour les aider à surmonter eux-mêmes leurs difficultés.

Nous serons très attentifs à ce que les aides soient attribuées selon des critères transparents et objectifs qui ne laissent aucune place au soupçon.

Il en sera de même de l'attribution par la commune de logements sociaux : un bilan sera dressé chaque année et publié, en respectant la confidentialité des informations privées.
 
 

La vie culturelle

L'accès à la culture, dans sa diversité d'expression, permet à chacun, selon ses goûts, sa personnalité, sa formation, de s'éveiller à une passion : c'est donc une magnifique source d'épanouissement personnel, en même temps qu'un puissant facteur d'intégration sociale.
Nous saluons le travail des bibliothécaires et celui de l'écrivain public ; nous n'oublions pas les opérations ponctuelles tels que l'exposition de sculptures de l'an dernier ou le salon du Hurepoix et quelques autres manifestations. Mais globalement, comparée aux communes avoisinantes, la vie culturelle de notre commune est très peu animée - il suffit pour s'en convaincre de consulter le journal du conseil général.

C'est d'autant plus regrettable que notre ville est riche de talents et de compétences en musiques, peinture, sculpture, poésie, histoire etc. Et comment se fait-il qu'elle tourne le dos à ce très haut lieu qu'est le cimetière russe, connu dans le monde entier ?

Notre politique 

- Donner à tous un accès à une culture de qualité, dans toute sa diversité en prenant appui sur les richesses culturelles de notre commune.

- Faire appel aux compétences de tous les Génovéfains avec la qualité pour seul critère.
Concrètement

- Nous donnerons davantage de moyens à la bibliothèque et à la médiathèque municipales

- Nous établirons une programmation sur l'année des spectacles, concerts, expositions et conférences ; les styles et les genres seront mélangés ; des abonnements annuels seront proposés ; cette programmation sera largement publiée.

L'accent sera mis sur la convivialité entre le public et les artistes (le public pourrait être invité à rencontrer les artistes, les concerts pourraient être précédés d'une séance d'initiation au profit de spectateurs qui le souhaiteront etc.).

- Nous fêterons les groupes de Ste Geneviève qui se produiront en public, notamment à la fête de la 
musique et à l'occasion du Carnaval.

- Nous introduirons les activités culturelles dans le programme du service municipal de la jeunesse et de l'enfance (visites de châteaux, introduction à l'architecture urbaine, visites de musée de toute sorte avec des guides formés pour cela par exemple)

- Nous rechercherons une coopération avec le cinéma des Quatre Perray.

- Autour de la nécropole russe, nous établirons une coopération avec les services culturels de l'ambassade de Russie et avec les associations qui le souhaiteront.

Un exemple : un des tout premiers chœurs de musique orthodoxe russe est venu donner un concert 
en l'église de Ste Geneviève pour la simple raison qu'il s'était rendu compte que l'un des auteurs de son répertoire était enterré dans notre commune. Ce fut un concert splendide. Mais bien peu de Génovéfains y ont assisté.

Les jumelages

Les jumelages avec Obertshausen en Allemagne,  Mikolow en Pologne et Penafiel au Portugal ont pour mission de favoriser les échanges culturels, sportifs et éducatifs. Nous encouragerons ces échanges pour qu'ils bénéficient au plus grand nombre des Génovéfains. Ce sera notre façon de participer à la construction de l'Union européenne.

Internet

Les Génovéfains sont de plus en plus nombreux à utiliser internet. Nous accompagnerons cette évolution

Le site internet de la ville sera transformé en un "portail" utile et "citoyen".

- utile - pour accéder à tous les services de la ville et aux informations de la vie quotidienne (horaires de train et d'autobus, etc.)

- "citoyen" : il sera considérablement enrichi d'informations sur le budget et les dépenses de la ville ; il servira à des forums sur les sujets qui feront l'objet de consultations publiques ; il donnera accès aux sites des institutions publiques nationales et à ceux de nos villes jumelles.

Nous ouvrirons des points d'accès à internet : à la bibliothèque, au club junior, au hall des jeunes, dans certaines associations subventionnées par la ville. Toutes les précautions seront prises pour empêcher toute dérive (grâce à des fournisseurs d'accès sécurités).
 
 

Les sports

Le sport est une belle école de volonté, de rigueur, d'esprit d'équipe, de maîtrise de soi. Il doit être ouvert à tous.

Les équipements

Notre ville est relativement bien dotée. Mais de gros progrès doivent être faits sur l'entretien de certains stades et gymnases. La piscine, déjà ancienne, doit être restructurée complètement ou remplacée par un équipement moderne ; cet investissement sera réalisé par la Communauté d'agglomération.

La sécurité des entraînements et des rencontres sportives.

Nous y serons particulièrement vigilants.

Dans certaines disciplines, la situation est devenue tellement tendue qu'elle décourage l'encadrement et qu'elle dissuade les équipes extérieures de venir s'affronter aux équipes de notre ville. C'en est alarmant.

Nous équiperons ces gymnases ou ces stades de systèmes de surveillance - et nous renforcerons ceux qui sont déjà installés.

L'accès au sport :

La pratique de sports libres, sans licence, sera développée. Elle permettra d'optimiser l'utilisation des équipements.

Pour certaines familles, l'accès aux clubs coûte cher, surtout pour plusieurs enfants. Nous étudierons avec les associations sportives des formules qui permettent dans les cas particuliers un tarif privilégié.

Une fête du sport,

Une fois par an, ce sera le rendez-vous joyeux et amical de tous les sportifs, qu'ils soient licenciés ou non, avec démonstrations, jeux et concours, accompagnés musicalement - pourquoi pas ? - par les groupes génovéfains.
 
 

Entre la municipalité et la population 

En nous confiant la gestion de la ville, vous ne nous donnerez pas un chèque en blanc.

Une bonne information : 

On ne construit rien de durable sur le mensonge ou la désinformation.

En particulier, sur le budget et les dépenses, nous n'aurons rien à cacher.

Nous étudierons avec les élus de l'opposition comment publier les informations pour qu'elles soient compréhensibles et incontestables.

En direct avec le maire

En plus de la permanence, il sera possible de poser toute question au maire directement par téléphone, sur une plage horaire déterminée.

Associer les Génovéfains aux décisions 

- Nous tiendrons toujours compte des propositions ou des observations que nous ferons les habitants ou les associations.

- Nous créerons des comités consultatifs formés d’élus et de représentants d’associations ou de quartiers (Exemples : pour réfléchir à un plan de circulation, pour faire la promotion de la vie associative)
- Nous ferons des consultations publiques : pour les préparer nous organiserons des débats en proposant plusieurs options. (Exemple : sur les mesures à prendre sur la sécurité).

Avec les associations

Des bénévoles compétents, efficaces, indépendants et reconnus.

Certaines associations rendent un service social. A St Geneviève, elles sont nombreuses et font un travail remarquable. Notre société a besoin que leur activité se développe encore. Nous coopérerons avec elles de façon qu'elles puissent trouver en plus grand nombre des bénévoles compétents, efficaces, indépendants et reconnus.

Compétents : la commune financera largement la formation des bénévoles  qui s'engageront au service des habitants de notre ville. Exemples : l'animation des jeunes, le soutien scolaire, l'aide aux parents pour l'éducation de leurs enfants, les correspondants d'immeubles.

Efficaces : la commune mettra à disposition des associations des locaux et des équipements

Indépendants et reconnus

Nous créerons un « comité de développement de la vie associative » formé de conseillers municipaux de la majorité et de l’opposition et de représentants d’associations. Celui-ci disposera d’une place suffisante dans le journal Votre ville, organisera des forums de la vie associative, gérera la moyens mis par la commune à la disposition des associations, prendra connaissance des réalisations faites dans d’autres communes etc.

La commune passera avec les associations des conventions pluriannuelles : garantie d’indépendance, elles seront étudiés et proposés par le comité de développement de la vie associative. 
 
 

La gestion communale

Entre les services municipaux et la population

1-Répondre aux habitants

Combien de fois nous avons entendu cette réflexion : "Le maire ne répond pas" 
Il ne répond pas quand on lui signale un incident, une panne : une fuite d'eau, un trou dans un trottoir, une panne de courant, quand on l'appelle à l'aide, ni quand on lui fait des propositions au service de la ville.

Nous nous engageons à répondre rapidement aux lettres : si la réponse sur le fond demande un délai, vous recevrez un accusé de réception.

2- Réduire le temps d'attente aux guichets
    Alléger les procédures

- Trop souvent, il est nécessaire de revenir plusieurs fois à la mairie pour la même affaire ; une étude sera faite pour analyser systématiquement pourquoi, et pour voir comment y remédier.
- Les procédures seront analysées pour être simplifiées.

3- Des enquêtes de satisfaction

Des enquêtes de satisfaction seront faites régulièrement et les résultats publiés.
 

Des services municipaux gérés avec impartialité et efficacité

L'impartialité est un devoir à l'égard du personnel.
L'efficacité est un devoir à l'égard des contribuables.

Nous appliquerons à la gestion communale les méthodes modernes de gestion administrative : ; nous informerons le personnel et nous le consulterons de façon qu'il trouve un nouvel intérêt dans son travail ; nous lutterons contre le cloisonnement des services pour établir entre eux les coopérations les plus utiles. Nous établirons avec chaque employé un plan de formation pour répondre à l'évolution des besoins et tenant compte de ses attentes.
 
 

Dépensons mieux l'argent de nos impôts

Les Génovéfains veulent que la ville leur rende de nouveaux services : la prévention de la délinquance, y compris l'éducation des jeunes, la sécurité dans nos rues ; ils veulent aussi une action plus forte dans le domaine de la culture. Il faudra donc faire des économies.

Il est impossible de l'extérieur de voir toutes les économies réalisables. Nous voyons déjà des possibilités: 

 - repenser les dépenses somptuaires de réception : cet énorme chapiteau à moitié vide, pour pouvoir inviter le maximum de personnes à  toutes sortes de manifestations deux mois seulement avant les élections. Combien a-t-il coûté ? Nous avons posé la question au maire, sans réponse à ce jour.

 - Nous rechercherons systématiquement toutes les économies possibles en simplifiant les procédures, en évitant tout gaspillage, en évitant de faire deux fois la même chose. Tout le personnel sera associé à cette recherche de progrès et de qualité.

- Notre objectif sera aussi de ne pas augmenter la dette alors que le maire sortant prévoit, au contraire, de fortement l'augmenter encore. Depuis dix ans, les communes se sont en général désendettées. Notre dette a augmenté de 50 MF ce qui nous a déjà coûté en dix ans 30 MF d'intérêts supplémentaires.

D'autres économies sont certainement possibles. Nous ferons faire un audit par un spécialiste et nous interrogerons tous les chefs de services de la commune pour déceler toutes les dépenses qui ne sont pas nécessaires.
 
 

La communauté d'agglomération 

une chance, peut-être
un risque d'étouffement financier, sûrement

Sans la Communauté d'agglomération, la commune reçoit deux sortes d'impôts :

  - les impôts sur les ménages : la taxe d'habitation (TH), le foncier bâti (TFB) et la Taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) : en tout 73 millions de francs en 2000
  - les impôts sur les entreprises : la Taxe professionnelle : 52 millions de francs en 2000

Désormais, la commune ne touchera plus la taxe professionnelle, qui ira à la Communauté. Celle-ci lui versera une "attribution de compensation" toujours égale à 52 MF sans indexation (c'est ce que dit la loi).

Un manque à gagner de 20 millions dans dix ans.

La taxe professionnelle a augmenté de plus de 4% par an ces dernières années. Supposons qu'elle n'augmente que de 3% par an à l'avenir, ce qui est faible en tenant compte de l'inflation. Elle passera alors de 52 MF en 2000 à 72 MF dans dix ans. Mais l'attribution de compensation versée par la communauté pour remplacer la taxe professionnelle sera toujours de 52 MF soit une différence de 20 MF.

La commune va-t-elle pouvoir réduire ses dépenses grâce à la Communauté ?

Rien n'est moins sûr car les dépenses prioritaires de notre commune sont pour le maintien en bon état de nos rues et de nos bâtiments (écoles, gymnases etc.) et pour l'éducation de la jeunesse, y compris la sécurité. Ces dépenses ne seront pas financées par la Communauté.

Pour compenser le manque à gagner, y aura-t-il une dotation complémentaire de la Communauté ?

Peut-être mais rien n'est moins sûr. Et cela dépendra du Comité directeur de la Communauté qui n'est pas directement responsable devant les électeurs.

On peut craindre, plutôt, que pour montrer qu'il a quelque chose à faire, celui-ci préfère financer des opérations qu'il aura lui-même décidées. On est parti pour de grosses dépenses d'investissement alors que nos besoins prioritaires ne sont pas là.

La commune a perdu son autonomie financière et l'on a posé sur son budget un garrot qu'il sera très difficile de desserrer.

Si nous n'y parvenons pas, nous serons obligés de quitter la Communauté.

Si nous y parvenons, nous serons un partenaire actif pour en tirer le meilleur parti car la Communauté peut être utile pour quelques investissements dont nous avons besoin (une piscine par exemple puisque la nôtre est ancienne) et quelques actions de gestion (les transports en commun par exemple).
 
 

Une question à la municipalité sortante

De 2000 à 2003, la taxe professionnelle de notre commune va augmenter rapidement avec l'extension de Leroy Merlin et l'implantation de But et d'autres en cours. Si la communauté d'agglomération avait été créée deux ans plus tard, l'attribution de compensation aurait donc été supérieure. Pourquoi M. Champion s'est-il ainsi précipité, au mépris de la démocratie et des intérêts de sa ville ? Pour être président de la communauté ?