Notre journal N° 5 daté de janvier 2002


L'édito  /  Questions à un candidat du premier tour  /  
Sur l'insécurité et la lutte contre la délinquance  : deux propositions : face aux jeunes, il faut des adultes éloigner et éduquer les jeunes les plus difficiles  / 
Le forum de la citoyenneté, une belle initiative / Culture :  soyons ambitieux,  / 
URBANISMEStationnement gênant , le câblage de la ville : un échec annoncé  L'avenue Gabriel Péri : faut-il dépenser 35 Millions de francs ?  , Pergaud : NON dépensons utilement notre argent    /   
A l'écoute des Génovéfains  :  l'entraînement de nos athlètes, la route de Corbeil , bienvenue à l'association des parents  / SEMARDEL
Un appel à une contribution financière  


Edito

Il faudra choisir

Sainte Geneviève Autrement se consacre aux affaires de notre ville, mais nous ne pouvons ignorer que l'année 2002 est celle des élections présidentielles. Au premier tour, les candidats seront assez nombreux pour que nous puissions nous exprimer et choisir en fonction des réponses qu'ils apporteront aux questions que posent tous ces sujets de fond à propos desquels le gouvernement n'a pas voulu prendre de décisions. Même si, au deuxième tour, notre choix sera limité, notre vote du premier tour sera utile car le président, quel qu'il soit, en tiendra compte. 

Bonne année pour vous-même, pour notre ville et pour notre pays !

Henri Prévot 

Questions à un candidat du 1er tour

Voici quelques questions à poser aux candidats du premier tour :

La sécurité : selon vous, faut-il sanctionner dès le premier délit ?
- Faut-il construire des maisons d'éducation renforcée, en milieu fermé si nécessaire pour éviter les fugues ?

L'Europe : voulez-vous que la France se fonde dans une nation européenne ou voulez-vous que l'Union européenne se fasse avec des coopérations fortes entre nations responsables de leur choix ?

Services publics : pensez-vous que la concurrence commerciale soit la seule façon d'avoir des services publics efficaces  et fiables ?

L'emploi : quelle est votre priorité : inciter les personnes à travailler ou continuer l'assistanat ?
Handicapés : est-il normal qu'un médecin doive indemniser un handicapé pour ne pas avoir prévenu ses parents de son handicap ?

Et sur les OGM, les retraites, le déficit du budget etc.

A ces questions, les réponses seront-elles "de droite" ou "de gauche" ? Difficile à dire à notre avis.
 

INSECURITE, DELINQUANCE

il ne suffit pas d'en parler : il faut agir
et donner la priorité à la sécurité, à la lutte contre la délinquance
et à l'éducation de la jeunesse

La question de la sécurité n'est pas nouvelle. Il y a longtemps que nous avons attiré l'attention de la municipalité sur la dégradation de la situation et que nous avons fait de nombreuses propositions, par des questions orales au conseil municipal, dans notre bulletin et dans nos programmes électoraux. Le 10 et le 18 décembre, nous sommes à nouveau intervenus en commission et au Conseil municipal. Nous avons eu le sentiment d'être enfin écoutés et nous pouvons penser qu'aujourd'hui la municipalité prend sérieusement la réalité en considération.

Le budget traduira-t-il effectivement cette priorité ?
 

Sur le nombre de délits : une information insuffisante

 Le journal Votre ville nous informe que le nombre de délits à Ste Geneviève augmente moins vite qu'ailleurs. Fort bien ; mais cela n'a pas beaucoup de signification si l'on ne connaît pas le nombre de délits (même s'il augmente de 5%, il vaut mieux un nombre de 100 qu'un nombre de 200 qui augmente de 2%.). Le maire, que nous avons interrogé, nous a répondu qu'il n'est pas en mesure de faire des comparaisons. Il est assez regrettable que l'on ne puisse pas situer notre commune par rapport aux communes comparables. Nous devons donc nous contenter d'une information partielle sans grande signification.

Ce que pourrait faire la commune

Voici un résumé des mesures que nous avons proposées aux dernières élections (on trouvera nos propositions sur notre site internet)

La délinquance malheureusement ordinaire

- connaître la situation et la faire connaître
- porter plainte systématiquement
- sanctionner tous les délits dont l'auteur est connu ; pour cela la commune proposera à la justice d'encadrer plus de travaux d'intérêt général (TIG) qu'aujourd'hui.
- rappeler aux parents leurs responsabilités : pour cela leur proposer un soutien éducatif et, si besoin, les faire participer au paiement des dommages
- reconquérir le territoire gagné et monopolisé par quelques jeunes (avec des éducateurs et des agents locaux de médiation sociale)
- faire fonctionner le Conseil Communal de Prévention de la Délinquance (CCPD)
- donner vie au Contrat local de sécurité et coopérer systématiquement avec la police et la justice
 
 
 
Deux propositions 
faites par nos élus
à la réunion du conseil municipal du 18 décembre 

-  Face aux jeunes, il faut des adultes
-  Pour éloigner et éduquer les jeunes les plus difficiles des maisons d'éducation en milieu ouvert ou fermé

Monsieur le maire, 

La lutte contre la délinquance des jeunes peut être vue comme la prévention d'un risque ; nous préférons la voir comme un aspect de l'éducation de la jeunesse. Une politique d'éducation de la jeunesse mettra l'accent sur le rôle primordial des parents, elle aura comme composantes principales l'instruction et une pédagogie par le projet (…). Mais l'éducation passe aussi par l'apprentissage de normes de comportement, par le fait d'intérioriser des limites. C'est de cela que nous voulons parler ici.

Face aux jeunes, il faut des adultes

A la fête des Aunettes, le samedi, vers 17 heures, une vingtaine de jeunes était en train de battre un garçon plaqué à terre et qui risquait gros. Alentour , ceux qui regardaient étaient plus nombreux que ceux qui sont intervenus pour dégager ce garçon. Le lendemain, autre incident ; là nous n'avons vu personne pour parler avec ces jeunes, excités, prêts à en découdre. Nous avons expérimenté physiquement en quelques sorte l'absence des adultes.

Or les jeunes ont besoin d'avoir en face d'eux des adultes qui leur servent de référence, qui leur disent ce qui est bien et ce qui est  mal, des adultes qui les connaissent assez pour pouvoir les aider à faire de leur vie un projet. Les animateurs de la ville, les éducateurs d'Elan font sans doute du bon travail, mais ils ne sont pas assez nombreux.

Par ailleurs en face d'une bagarre ou lorsque l'on est interpellé méchamment, on ne sait pas toujours comment réagir. C'est pourquoi nous avons proposé au directeur de l'IFMV, institut de formation aux métiers de la ville, M.Jean-Marie Petitclerc, prêtre éducateur, de bâtir un module de formation pour tous les adultes qui ont à affronter ce genre de situation ; il est d'accord pour y travailler. Voilà qui pourrait intéresser les habitants de ces quartiers qui ne veulent pas abandonner la rue ou encore les employés de la mairie et les bénévoles et dirigeants d'associations qui oeuvrent dans ces quartiers. Si l'on pouvait organiser à leur intention des stages de sensibilisation et d'information de quelques jours, cela présenterait aussi comme avantage de créer un "esprit de promotion" qui faciliterait ensuite la compréhension mutuelle et la coopération.

Pour éloigner et éduquer les jeunes les plus difficiles
des maisons d'éducation en milieu ouvert ou fermé

 Certains jeunes très difficiles font un mal terrible dans les quartiers et auprès des autres jeunes. Il faut s'occuper spécialement d'eux : à la fois les écarter de leur quartier et les éduquer avec des méthodes adaptées à leur cas.

Le plus souvent ce sera dans des maisons d'éducation qui peuvent être ouvertes. Mais lorsque les enfants n'ont aucune idée - il faut le dire - du bien et du mal, aucune idée qu'il existe des limites à leurs droits, on ne peut pas demander aux éducateurs d'être à la fois sévères pour leur inculquer ces notions de base (car il n'y a pas d'éducation sans sanctions) et assez "séducteurs" pour éviter les fugues ; pour ces jeunes, la limite doit dans un premier temps être matérialisée par le mur. Certes, la responsabilité de l'éducation de ces jeunes revient au ministère de la Justice. Mais la ville peut agir en proposant au ministère une convention, comme ont fait d'autres villes. Devra-t-elle y consacrer des moyens financiers ? Peut-être ! Mais n'est-ce pas une priorité ?

Nous vous avons proposé de visiter ensemble des maisons de ce type pour analyser les réussites et les échecs (car il y a des échecs) et d'engager une discussion avec le ministère de la justice qui portera sur les aspects juridiques, financiers et pratiques.(…).

 Maintenant il faut agir

 Maintenant il faut agir. Nous y sommes prêts avec tout l'équipe de Ste Geneviève Autrement car c'est l'attente non seulement de toute la ville mais aussi de ces jeunes souvent oisifs, parfois sans repère qui, faute de connaissance, manquent de jugement et, comme le dit si bien Condorcet dans un de ses mémoires sur l'instruction publique, "sentent le poids du temps et la fatigue du repos" et menacent notre société de "quelques orages".
 


 

Le forum de la citoyenneté : une belle initiative
Mais attention ! A côté des "droits", pensons aussi aux "devoirs"

 L'association ARIES reçoit et forme des jeunes sans qualification à la recherche d'emploi. Un de ses modes d'action est le "chantier école" : mettre le jeune en situation professionnelle : avoir un but à atteindre, respecter une discipline, rendre compte de ce qu'il fait etc. En général, il s'agit de travaux dans le bâtiment ou l'aménagement. Là, dix jeunes ont organisé une rencontre entre les institutions locales (associations, services municipaux, élus) et les établissements scolaires pour parler de citoyenneté. Ce fut un succès. Bravo aux organisateurs ! 
Faisons une remarque et une suggestion.

La remarque : on y a beaucoup parlé des droits des citoyens. Fort bien, mais pourquoi n'a-t-on pas parlé aussi des devoirs ? En 1789 celui qui a rédigé la déclaration universelle lui avait, donné comme titre " déclaration universelle des droits et devoirs de l'homme et du citoyen" ; on lui a fait remarquer que le titre était trop long et qu'il était inutile de parler des devoirs tellement cela allait de soi ! C'était il y plus de 200 ans.

La suggestion : Cette équipe d'organisateurs veut sans doute refaire un autre événement. Pourquoi pas une rencontre entre scolaires et entreprises, pour ouvrir les yeux des jeunes sur quelques techniques professionnelles.

CULTURE 
après une occasion manquée, soyons ambitieux

Dans l'église de la route de Corbeil, nous avons entendu un superbe concert de chants orthodoxes russes donné par le chœur "Voskriecienie", qui veut dire "Résurrection", un ensemble de la plus haute qualité. Nous étions très peu, moins de cinquante.
On a l'impression d'une occasion manquée. Que cela au moins réveille notre ambition pour notre ville !

Ces artistes sont venus dans notre ville de banlieue parce qu'un des auteurs à leur répertoire y est inhumé. La nécropole russe de Ste Geneviève des bois est en effet  mondialement connue. Nous l'avions dit dans notre programme électoral en 1995, nous l'avons redit en mars dernier : pourquoi la ville ne bâtirait-elle pas une action culturelle d'envergure autour de l'amitié franco-russe ?

Historiquement, les relations culturelles entre la France et la Russie ont toujours été très fortes. Elles ont été gelées par la glaciation soviétique ; aujourd'hui, elles devraient se réveiller. Avec cette nécropole et ses très nombreux visiteurs (le président Poutine récemment), avec la maison de retraite russe et la présence d'une communauté orthodoxe, notre ville est riche de nombreux atouts pour jouer un rôle privilégié. Elle en tirerait un grand bénéfice culturel et pourrait devenir un foyer de rayonnement. 
 

URBANISME

Stationnement gênant

 On constate de plus en plus que les règles de stationnement ne sont pas respectées.
- Non-respect du coté de stationnement
- Véhicules entièrement sur le trottoir ou ne laissant aucune place pour le passage
- Voitures épaves occupant toujours la même place
- Dégradations des trottoirs par des traces d'huile de véhicules mal ou non entretenus.

Faudra-t-il que la municipalité organise des cours de sauts d'obstacles pour une partie de la population
1) Personnes âgées 
2) Handicapés en fauteuil roulant
3) Parents avec poussette ou accompagnés d’enfants en bas âge.
4)Accompagnateurs de chiens en promenade 

Soyons sérieux : le stationnement anarchique pose de vrais problèmes de sécurité lorsqu'il oblige les piétons à aller sur la rue.

Que faire ? Il appartient à la municipalité de réglementer le stationnement. Qu'elle le fasse donc de façon réaliste avec, dans certaines rues, un régime particulier, étudié en concertation avec les riverains. Ensuite, le maire a la possibilité d'alerter les contrevenants puis de verbaliser. Lorsque la sécurité est en jeu, cela relève de sa responsabilité. 
 

Le câblage de la ville : un échec annoncé

Il y a deux ans nous avions demandé au maire un nouvel examen

Le projet de câblage est dans l'impasse. Ste Geneviève Autrement avait voté pour ce projet en faisant néanmoins des réserves substantielles puis Henri Prévot dans une lettre au maire du 1er décembre 1999 écrivait ceci : "Il sera certainement possible très prochainement d'avoir des offres qui remplaceront avantageusement la technique du câblage.(…) J'espère que ces éléments vous conduiront à conduire une nouvelle étude sur ce sujet"(*). En vain. Aujourd'hui, il est un peu facile de s'en prendre aux actionnaires et aux fonds de pension américains (Votre Ville de novembre décembre p.21)
(*) voir le texte complet sur notre site.

Aménagement de l'avenue Gabriel Péri :

A quoi serviront les 35 millions de francs de travaux ?


Dans notre journal de mai, nous nous étonnions que le maire nous demande de voter 35 millions de dépenses avec seulement une feuille d'explication. Après avoir obtenu d'autres informations, nous nous interrogeons sur l'utilité de ces dépenses. Les principaux intéressés, les commerçants et les riverains, devraient être parties prenantes de ce projet. Ils ne sont même pas informés ! Nous demandons donc au maire de reconsidérer son projet.

Projet de restructuration de Pergaud

NON ! Dépensons utilement notre argent !

Nous avons consulté les habitants de la résidence L. Pergaud. La réponse est unanime : pour retrouver de bonnes conditions de vie, il faut EN PRIORITE entretenir les bâtiments et les espaces publics et faire le nécessaire pour éduquer certains jeunes qui mettent le désordre et créent de l'insécurité. Au lieu de dépenser des dizaines de millions pour démolir 140 logements, il est possible de mener une politique exemplaire. Alors, le calme revenu, personne ne trouvera que la résidence L. Pergaud est trop dense ou trop peuplée. Au contraire, on se rendra compte qu'elle est belle et que les appartements sont très bien conçus.
Nous avons écrit au maire pour lui demander de reconsidérer ce projet, qui concerne autant la ville que la SCIC.
 
 

A l'écoute des Génovéfains

L'entraînement de nos athlètes

Une jeune génovéfaine obtient d'excellent résultats dans les concours d'athlétisme. Nous apprenons qu'elle doit quitter son club de Ste Geneviève pour trouver à Viry Chatillon des conditions d'entraînement conformes à son niveau. Est-ce bien normal pour une ville qui se flatte de son activité sportive ? 

Bienvenue à l'association des parents de Ste Geneviève des bois :

Son objet : mettre en place un réseau d'écoute, créer et faire vivre un lieu de rencontre, mettre à la disposition des parents les informations utiles. Contact : Madame V. Gaudron, 3 rue A. Gance SGdB.

La circulation route de Corbeil entre Carrefour et la Francilienne

Le 15 décembre, les riverains ont enfin eu un début de réponse aux questions posées au maire. Avec l'ouverture du deuxième accès à la Croix Blanche, la circulation devrait diminuer à partir de fin février-début mars. Quant à l'aménagement de la rue, le maire promet de les consulter avant que le projet ne soit décidé. Il annonce aussi une piste cyclable, rejoignant ainsi nos propositions.
 
 
SEMARDEL : précisions

 En 2000, la SEMARDEL a dégagé un résultat d'exploitation négatif de 1,1 M euros et un résultat financier négatif de 3,6 M euros, soit un résultat courant avant impôts négatif de 4,7 M euros, c'est à dire 20% du chiffre d'affaires qui est de 23,2 M euros. Ce résultat est compensé par un résultat exceptionnel de 5 M euros de sorte que le résultat net est de 0,3 M euro. En 1999, les chiffres sont du même ordre. Les produits exceptionnels sont pour l'essentiel des reprises de subvention. Nous avons financé ces subventions par nos impôts.
 


 

Si vous pensez
qu'il est nécessaire qu'il existe une opposition dans notre ville

Si vous approuvez notre façon d'agir : vigilance, critique et propositions
Si vous approuvez notre volonté de vous écouter et de vous informer, par notre journal et par notre site internet
Si vous estimez qu'il n'est pas normal que le financement de cette action repose sur un petit nombre de personnes,

alors, ne manquez pas de nous apporter une contribution financière.

A toute personne qui participe au financement (75,  ou 30 ou 15 euros soit environ 500 F ou 200 F ou  100 F) nous enverrons un reçu pour une réduction d'impôts de 50%. Merci de verser votre contribution à Ste Geneviève Autrement, 5 rue de l'église, 91700 Ste Geneviève des Bois.