Interventions du groupe Ste Geneviève Autrement
à la réunion du Conseil municipal du 30 mars 2004



 
 
Un seul point important dans ces interventions, sur le taux des impôts : avant les élections, le maire annonce une hausse du taux des impôts de 0 à 2 %. Après les élections, il nous dit que cette hausse est de 3% pour la taxe d'habitation et de 5 % pour la taxe sur le foncier bâti - un mépris des électeurs.

 

Approbation du procès verbal de la réunion du 27 janvier 2004

Les deux dernières pages de ce procès-verbal sont de « haute » tenue. Depuis neuf ans que je suis au conseil municipal, par une convention tacite nous avions toujours évité de faire figurer dans les procès verbaux de nos réunions des considérations personnalisées, malgré la vivacité de certains de nos échanges. Je vois que cette convention n’a pas été respectée. C’est déplorable car cela n’ajoute rien à la qualité des procès verbaux. J’espère que cela ne se représentera pas.

Vote des taux d’imposition

En entendant l’exposé de M. Bouchon, on est partagé entre l’envie d’éclater de rire et la consternation.
Quoi ! Vous nous annoncez aujourd’hui, le 30 mars, un jour avant la date limite de fixation du montant des impôts, sans aucun dossier écrit remis préalablement aux conseillers municipaux - vous nous annoncez que tout à coup vous vous êtes rendu compte que nos rues et nos trottoirs sont en mauvais état et qu’en conséquence la hausse des impôts sera très supérieure à celle que vous nous aviez indiquée en faisant voter le budget ! En réunion de la commission de finances la semaine dernière, vous nous en avez dit un mot mais sans que ce sujet ne figure à l’ordre du jour et sans nous donner de chiffres. J’ai souhaité, à tout le moins, disposer d’un dossier avant la réunion de ce soir, mais non ; rien !

M. Bouchon nous explique que, à la suite de la commission des travaux réunie le 11 mars, il a fait faire d’urgence une étude sur l’état de nos rues par le directeur des services techniques nouvellement nommé et que celui-ci, « avec son regard neuf » pour reprendre l’expression que vous avez utilisée M. le maire, en commission des finances, vous a alerté avec assez de force pour vous convaincre de l’urgence des travaux. Allons ! Comment pourrais-je penser que le précédent directeur des services techniques ne vous avait lui-même alerté ? Et, si l’on étudie quelque peu le budget, qui ne voit que les sommes consacrées à l’entretien de notre patrimoine sont largement insuffisantes ? Une fois de plus je vous l’ai dit en commentant votre projet de budget 2004 : « Cette année encore, l'entretien du patrimoine est délaissé or il y a à faire : il suffit de voir l'état de nos rues et de nos trottoirs. (…) L'autofinancement, calculé sans tenir compte des ventes et des achats d'actifs, est de 3,2 Millions d'euros ; encore une fois, c'est insuffisant pour financer l'entretien. (…) C'est un défaut de votre budget, un défaut que nous ne pouvons pas minimiser. » M. Bouchon nous dit aussi que, pour faire une étude comparative, il a essayé de voir combien d’autres communes consacrent à l’entretien de leur voirie et quelle est la longueur de leurs rues mais, nous dit-il, sans réussir à obtenir les informations qu’il cherchait. Etes-vous sérieux ? La longueur de voies est indiquée en page un des comptes administratifs qui indiquent évidemment le montant des dépenses engagées pour la voirie tant en fonctionnement qu’en investissement, et ces comptes administratifs peuvent être consultés en sous-préfecture.

De toutes façons, quel Génovéfain ignore l’état déplorable d’un grand nombre de nos rues et de nos trottoirs ? Ignoriez-vous vraiment l’ampleur des travaux nécessaires lorsque vous nous avez présenté votre projet de budget pour 2004 ?

Vous nous avez dit ce jour-là que la hausse de la pression fiscale serait de 0 à 2 %, si bien que tous les conseillers municipaux sauf ceux de Ste Geneviève Autrement ont voté « pour ». Aujourd’hui, les élections passées, vous nous parlez de travaux « imprévus » à réaliser pour plusieurs millions d’euros dont 700 000 en 2004, soit 7 % des impôts et vous proposez à notre vote une augmentation de la pression fiscale de 3 % pour la taxe d’habitation et 5 % pour la taxe sur le foncier bâti, à quoi s’ajoutera l’inflation. Je ne voudrais parler ni d’incompétence ni de manque de sincérité ; mais alors comment qualifier ce procédé ? En tous cas il est inadmissible.

Nous voterons donc contre votre proposition.
 

Explication : à la réunion du conseil municipal de janvier, M. Restoux, qui avait été porté au conseil municipal par l'association Ste Geneviève Autrement, a déversé un flot de fiel contre Henri Prévot, poussé par on ne sait quel sentiment ou par on ne sait quel calcul. Il ne pouvait ignorer que ses propos seraient repris par M. Champion dans sa propagande électorale, ce qui n'a pas manqué. Tout cela est particulièrement élégant !