Interventions du groupe Ste Geneviève Autrement
à la réunion du Conseil municipal du 21 septembre 2004


Budget supplémentaire de l’exercice 2004

Encore une fois vous reprochez au gouvernement de diminuer ses concours financiers aux collectivités locales et de reporter sur elles des charges financières. Il nous faut donc redire que ce gouvernement a trouvé lorsqu’il est arrivé une situation financière catastrophique. Pendant la gestion socialiste, la conjoncture s’était améliorée, d’autres pays en avaient profité pour beaucoup diminuer leur déficit et même rétablir l’équilibre de leurs finances ; le gouvernement socialiste a continué d’alourdir la dette du pays : 1000 milliards d’euros de dettes aujourd’hui ! On ne peut pas continuer avec une telle hémorragie. Il faut donc réagir et chacun doit prendre sa part. La commune et la communauté d’agglomération doivent donc éviter toute dépense qui n’est pas prioritaire. Nous en reparlerons au moment de la discussion sur le budget de 2005.

Ce budget supplémentaire apporte peu de modifications au budget primitif complété par les décisions modificatives.

Je noterai seulement qu’il alourdit la dette puisqu’il prévoit d’augmenter le remboursement du capital de la dette de 643 500 euros mais de faire de nouveaux emprunts à hauteur de 814 216 ; la différence, 170 000 euros environ est une augmentation de notre dette, qui est déjà très lourde.

On voit par ailleurs une augmentation du virement de la section de fonctionnement à la section d’investissement de 528 000 euros ce qui pourrait laisser penser que l’autofinancement, qui est insuffisant, s’améliore un peu. Mais il n’en est rien puisque cette somme s’explique pour moitié en supposant que vous consommez d’ici la fin de l’année les résultats de fonctionnement des années précédentes et pour l’autre moitié par des recettes exceptionnelles, c’est à dire des recettes qui ne se renouvellent pas : remboursement d’une avance perçue par la SORGEM, remboursement par la Communauté d’agglomération des frais de maintenance des bennes à ordures ménagères, cession amiable du centre de vacances à Gouville, remboursement d’un fonds de roulement octroyé à l’association l’Elan génovéfain en 1998 suite à liquidation.