Interventions du groupe Ste Geneviève Autrement,
au cours de la réunion du conseil municipal du 3avril 2001

La participation des élus de Ste Geneviève Autrement aux commissions municipales
La requalificatin de lrue Gabriel Péri
Le survol de la ville
La sécurité dans nos établissements scolaires
 

Requalification de l'avenue Gabriel Péri - intervention de D. Szczepanek :

Cette affaire, qui porte sur des travaux qui s'élèveront à 35 millions de francs, est pour la ville de la plus haute importance. Or, avant cette séance du conseil municipal, les conseillers municipaux n'ont reçu pour toute explication qu'une note de présentation d'une demie page. Il nous est donc impossible de nous prononcer sur ce dossier et nous nous abstiendrons.
En réponse à M. Léonhardt : vous nous dites que le dossier a été présenté en commission. A cela deux réponses : une grande partie de ce conseil municipal a été renouvelée et méritait de plus amples explications. D'autre part, comme je n'ai pas pu assister aux dernières réunions de la commission, je regrette que vous ne m'ayez pas adressé de comptes-rendus de ces réunions.

Une motion au sujet du survol de la ville par les avions- intervention de H. Prévot

Vous nous proposez de voter une motion de protestation contre le survol de la ville par les avions.
Le survol de la ville par les avions apporte un changement très profond dans les conditions de vie à Ste Geneviève. Sauf dans certains quartiers, et sauf les bruits de voisinage, bien sûr, Ste Geneviève était une ville où l'on pouvait jouir d'un grand silence. Le silence est une qualité précieuse. Or le passage fréquent des avions nous fait perdre cette qualité. Nous approuvons donc et nous soutenons toute action qui a pour objet non seulement de s'opposer au survol qui nous est imposé depuis quelque mois mais aussi de repousser définitivement la perspective d'un couloir aérien au-dessus de notre ville.

Il faut agir efficacement. Il ne paraît pas utile de s'en prendre à l'administration française. L'administration est aux ordres du ministre (sinon, il faut demander au ministre de reprendre la main). D'autre part, on ne saurait se satisfaire de ce que les études techniques soient faites par un organisme indépendant de l'administration française ; cet organisme, Eurocontrol, est un organisme technique qui nous dira combien de décibels génèrent les avions selon plusieurs hypothèses de trajectoire. Il n'y a pas de raison sérieuse de penser qu'il trouvera autre chose que les résultats de l'administration française.

La vraie question n'est pas là. La question est de savoir si l'on nous imposera de subir ce bruit ou non. Vous vous êtes montré satisfait que le ministre, M. Gayssot, ait déclaré, lorsqu'il a reçu une délégation de l'Essonne à laquelle vous participiez, qu'il s'engageait à suivre l'avis d'une commission consultative. Nous ne sommes pas d'accord avec vous sur ce point. Cette commission, que le ministre n'a pas inventée pour notre cas puisque sa création est rendue obligatoire par la loi, est consultative. La décision de nous imposer ou non une nuisance est une décision typiquement politique. Il serait trop facile à un ministre de se réfugier derrière l'avis d'une commission consultative comme le ministre de l'agriculture l'avait fait en déclarant qu'il suivrait l'avis des experts au sujet de la vache folle - il s'est très vite rendu compte de son erreur et l'a corrigée dans les trois jours.

Soyons clairs : c'est le ministre chargé des transports qui prend la responsabilité. C'est donc auprès de lui qu'il faut porter tous nos efforts de conviction. Pour cela il vaut mieux montrer que nous connaissons le dossier sous tous ses aspects.

Une question orale sur la sécurité dans nos établissements scolaires, posée par Ste Geneviève Autrement  - intervention de H. Prévot

Le mercredi 28 mars dans la matinée, plusieurs garçons ont pénétré par effraction dans le collège Jules Ferry et y ont jeté un grand désordre avec bombes lacrymogènes et couteaux à cran d'arrêt ; les élèves en ont été choqués, profondément pour certains. L'intention apparente de ces garçons était de se saisir d'un élève du collège, cela dans le cadre d'une rivalité entre une bande de Ste Geneviève et une autre d'une commune voisine. Cet élève avait été affecté au collège Jules Ferry après avoir été renvoyé par mesure de discipline de son établissement d'origine.

Il y aurait beaucoup à dire sur la montée de la violence au sein même des établissement scolaires. Je me bornerai à aborder deux aspects.

Il est frappant de constater le très grand écart entre le récit fait par les enfants à leurs parents et ce qui apparaît dans les informations données par ailleurs, au point que les parents se demandent quelle est la vérité. Nous pensons quant à nous qu'il est important que la vérité soit connue, sereinement et exactement. En effet, un problème social de cette importance ne peut être traité correctement que s'il est connu et reconnu dans toute son étendue. Cela m'amène à la deuxième remarque.

Il est certes possible de dire que seul l'Etat est concerné par cette affaire, en tant que responsable de la sécurité, de la justice et de l'éducation. Pourtant, Monsieur le maire, cet incident s'est déroulé sur le territoire de notre commune ; et nous avons tous en mémoire l'agression qui a été commise au lycée Einstein, qui se trouve aussi sur le territoire de notre commune. Dans l'un et l'autre cas, sont impliqués des jeunes que les structures ordinaires sont incapables de socialiser. Si l'on ne veut pas que des jeunes comme eux commettent ou causent des désordres qui peuvent être graves, il n'y a pas d'autres moyen que de les écarter. Certes nous savons que leur cas relève de la responsabilité de l'Etat mais je suis sûr que tous les élus de notre commune se demandent ce que la commune peut faire pour éviter que ce genre d'agression ne se reproduise. En tous cas tous les colistiers de la liste de Ste Geneviève Autrement se sont sentis concernés ; c'est pourquoi nous nous sommes renseignés auprès du ministère de la justice, la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse, DPJJ, pour savoir ce que d'autres communes, dans des situations analogues, ont réalisé. Nous avons été mis en relation avec la Direction départementale de la PJJ de l'Oise qui nous a donné tout un dossier sur "l'Ecole de la seconde chance" située à Beauvais, dont nous nous sommes inspirés pour formuler nos propositions.

Une coopération fructueuse s'est établie entre la commune le département et le ministère pour créer une structure d'éducation adaptée à ces cas difficiles. Certes, cela demande une contribution financière à la commune mais cette contribution est modérée et les questions de sécurité sont assez importantes pour qu'il leur soit donné la priorité ; c'est clairement le désir de nos concitoyens. Si un tel investissement entre dans les compétences de la communauté d'agglomération ; ce pourrait être une de ses premières réalisations.

Nous vous remercions de nous faire part de la suite que vous aurez décidé de donner à ces propositions - sans doute après un examen par la commission chargée de la sécurité, selon ce que vous nous avez dit en début de séance.
 
 





Les six conseillers municipaux de Ste Geneviève Autrement sont

Henri Prévot,  Dominique Szczepanek,  Guy Restoux,  Marie Da Silva,  Noëlle Mourier,   Jacqueline Van Laere.

Les conseillers municipaux de Ste Geneviève Autrement sont présents dans toutes les commissions municipales, qui examinent tous les dossiers avant leur passage au conseil municipal.
 
 
Economie, urbanisme  D. Szczepanek,   J. Van Laere
Enfance et vie scolaire M.C. Da Silva
Social et habitat   J. Van Laere,   G. Restoux
Cadre de vie et travaux ; animation des retraités   D. Szczepanek,   N. Mourier
Animation de la jeunesse, sports    G. Restoux,    H. Prévot
Emploi formation insertion  J. Van Laere
Politique de la ville, démocratie locale  G. Restoux
Culture et patrimoine   N. Mourier
Prévention, conseil des jeune, contre la discrimination  M.C. Da Silva,    H.Prévot
Affaires générales, transports, relations internationales   M.C. Da Silva
Santé, sécurité civile et sanitaire   N. Mourier

 

Les autres commissions ou instances ouvertes à l'opposition
 
Commission budgétaire    M.C. Da Silva    H. Prévot

Commission consultative des services publics locaux 
G. Restoux
Commission d'appels d'offres et adjudications  J. Van Laere     Suppléante  N.Mourier           : 
Commission des marchés forains 
D. Szczepanek
Commission de la délégation de service public ; câble   J. Van Laere   Suppléant : D. Szczepanek
Groupe de travail pour la réglementation de la voirie  M.C. Da Silva     G. Restoux
Zones de réglementation spéciale pour la publicité   G. Restoux
Centre communal d'action sociale  J. Van Laere
Conseil de la Caisse des écoles  N. Mourier
Conseil communal de prévention de la délinquance, CCPD   H. Prévot, G. Restoux
Comité directeur de la Cmmunauté d'agglomération D. Szczepanek