Ce que proposait Ste Geneviève Autrement en 1995


Sainte Geneviève Autrement a été créée en 1990.

De 1990 à 1995, elle a étudié les dossiers de la ville, recherché dans d'autres communes ce qui se fait de mieux et travaillé avec les administrations et les experts de façon à pouvoir présenter un programme substantiel aux élections de 1995.

Nous avons plaisir à vous rappeler ce programme : certaines idées ont été reprises par la commune ou par le conseil général, plusieurs années plus tard ; beaucoup de propositions restent encore nouvelles et tout à fait d'actualité !

On peut être en particulier frappé par l'actualité de l'éditorial et des trois thèmes qui concernent la jeunesse réussir à l'école  former les citoyens de demain et revivifier l'esprit associatif
 


 
Le journal de propositions de Ste Geneviève Autrement
aux élections municipales de 1995

Extraits

Editorial

La fin des grands travaux

En 1956, l'Abbé Pierre demandait que l'on construise des logements. En 1995, il demande aux promoteurs d'ouvrir les logements existants et inutilisés, démontrant ainsi que l'urgence n'est plus seulement de construire ou d'aménager, mais de créer entre les gens des relations nouvelles. A Sainte Geneviève, avait-on besoin de construire sur le site des Aunettes ? Les "politiques" se trompent, l'urgence est ailleurs ; les enfants qui ne savent pas lire, le chômage, la solitude des jeunes et des vieux, l'insécurité qui en découle… Il faut changer radicalement de méthode ; avec "Ste Geneviève Autrement", il faut découvrir l'écoute, faire confiance aux initiatives individuelles. Le Maire ne peut plus être un "chef de chantier", il doit aussi être un véritable "chef d'orchestre", celui qui crée l'atmosphère permettant à chacun de donner le meilleur de son art. Sainte Geneviève des bois, c'est vous. Alors, pour nous tous, gagnons ensemble…
 


Réussir à l'école

Les faits

Malgré les efforts des enseignants, 15 % des enfants en 6ème ne maîtrisent pas la lecture. C'est lourd de risques pour l'avenir

Ce que fera Henri Prévot

- La nouvelle équipe municipale encouragera les associations qui font du soutien scolaire à se connaître, à échanger leur expérience et à entrer en relation avec les enseignants afin qu'il y ait une meilleure complémentarité entre professeurs et bénévoles.

- la Ville proposera à ceux qui font du soutien scolaire une mini-formation dispensée par les enseignants pour qu'ils connaissent bien le programme et le projet pédagogique.

- les études surveillées pourront être prolongées jusqu'à 18h30

- à la demande des directeurs d'école et en concertation avec l'éducation nationale, la Ville financera les postes d'assistants pédagogiques pouvant intervenir dans les écoles.

- la municipalité encouragera le soutien scolaire par des étudiants bénévoles. Elle les remerciera en leur permettant, par exemple, de réaliser des voyages.

- les établissements scolaires seront encouragés à établir des échanges avec d'autres établissements situés en milieu rural ; les parents seront invités à participer à la réalisation de ces "classes vertes" et de ces échanges.

- la Ville suivra et évaluera ce programme "Réussir à l'école" ; elle publiera régulièrement les résultats de ces observations.

Former les citoyens de demain

Les faits :

Le besoin d'occupation des jeunes ne peut être isolé des soucis d'éducation et de sécurité dans la ville.

Ce que fera Henri Prévot

- L'accent sera mis sur une forme d'offre de loisirs éducatifs qui manque à Ste Geneviève des bois pour permettre un apprentissage de la citoyenneté et de la responsabilité : l'élaboration par les jeunes réunis en équipe de projets distractifs ou utiles à la collectivité, préparés avec des adultes compétents et pour lesquels ils devront rechercher une partie des financements. Ces projets seront présentés à un jury qui choisira ceux qui méritent d'obtenir un complément de financement municipal:.

- Les deux nouveaux Halls d'accueil des jeunes seront conçus et aménagés avec les jeunes en prenant en compte leurs besoins. La municipalité retiendra l'offre de l'entreprise qui pourra procurer le maximum de travail aux jeunes pour qui ces locaux seront construits.

- L'organisation des fêtes de Carnaval, de la musique ou du 14 juillet, ainsi que d'une grande fête du vélo, sera confiée aux associations, aux jeunes, aux commerçants et aux écoles. La fête de St Hubert sera l'occasion de rapprocher cités et pavillons.
 


Accompagner les âges de la vie

Les faits

Les crèches municipales sont très utiles mais insuffisantes et très onéreuses. Les personnes âgées isolées ont également de nombreux besoins insatisfaits.

Ce que fera Henri Prévot

- la nouvelle municipalité incitera au développement des "crèches à domicile" de préférence aux crèches collectives. Des "assistantes maternelles" agréées par la DAS recevront un maximum de 4 enfants pendant la journée (au lieu de 6 actuellement, ce qui est trop) ; la municipalité diffusera l'information sur l'offre et la demande de ce service de crèche, contribuant ainsi à créer des emplois féminins sur place. Avec la DAS et la CAF, la Ville pourra participer au financement de l'équipement de pièces chez les Assistantes maternelles.

- Avec des médecins bénévoles, la Ville contribuera à une meilleure information santé des enfants, des adolescents et de leurs parents par des interventions dans les établissements scolaires. Elle poursuivra les efforts de sensibilisations des jeunes aux dangers du SIDA.

- Les personnes âgées ont parfois besoin d'aide pour remplir les papiers, faire le courrier, faire les commissions, pour les petits travaux d'entretien, sortir ou tout simplement avoir une compagnie. La Ville travaillera en relation avec les associations en s'inscrivant dans la politique nationale pour l'emploi. Une attention particulière sera accordée pour que les personnes aidées ne soient ni trompées ni volées ; les personnes habilitées à les aider disposeront ainsi d'une "carte accréditive" personnelle et infalsifiable délivrée par la mairie.

- L'hospitalisation à domicile n'est pas du ressort de la municipalité mais constitue un besoin réel. C'est pourquoi la municipalité étudiera ce besoin en liaison avec les communes voisines ; si une association peut se créer, la ville apportera sa contribution.

- La fin de vie ne doit plus être un tabou. Notre société qui a tendance à vouloir ne pas voir la mort ne s'est pas donné les moyens d'accompagner les mourants. Or, il est parfois impossible de garder au domicile un vieillard ou un malade jusqu'aux derniers jours de sa vie et la seule possibilité est de le transférer à l'hôpital. La ville étudiera donc un projet de "Maison de fin de Vie", équipée pour les soins palliatifs et dotée de chambres pour les familles. La personne malade pourra ainsi sentir la présence de ses proches, de son médecin et, si elle le souhaite, des religieux de son choix.
 


Préserver la ville et la nature

(…) 
- "La ville à vélo" : La Ville tracera et équipera des cheminements prioritairement réservés aux vélos. Les accès à la gare seront particulièrement étudiés. Une surveillance des parcs à vélos à la gare et dans les établissements scolaires sera assurée.

Des activités de réparation de vélos seront proposées aux jeunes et des animations inciteront les Génovéfains à sortir leurs vieux vélos de leurs garages et les habitants des communes proches à découvrir la "Ville à vélo".

La nouvelle équipe municipale facilitera l'organisation d'épreuves cyclistes et profitera de l'étape du Tour de France en juillet pour lancer ce programme.

- La municipalité mettra tout en œuvre pour sensibiliser la population à l'environnement, à l'urbanisme et au cadre de vie, notamment en organisant des expositions et consultations ainsi que par le journal municipal.

- La Ville encouragera l'utilisation de procédés qui permettent à l'eau de s'infiltrer sur place.
 


Ouvrir la ville au monde

Ce que fera Henri Prévot

- La municipalité dynamisera les jumelages et multipliera les échanges scolaires avec hébergement dans les familles pour diminuer les coûts.

- Le nouveau maire créera un jumelage ville-campagne : nos jeunes ont besoin de connaître la campagne et, réciproquement, Ste Geneviève des bois peut être une bonne base pour visiter Paris ou Fontainebleau. Les cantons jumelés seront des lieux de vacances pour les familles et les anciens et accueilleront les "Classes vertes".

- La politique française d'immigration dépend de l'Etat, mais la commune peut faire beaucoup pour que la vie avec les personnes d'origine étrangère soit paisible. Dans le cadre de la loi, les services municipaux devront s'adresser de la même façon à toutes les personnes et leur offrir la même qualité de service, en évitant toute forme de différenciation positive ou négative. Il est normal que la commune facilite certaines pratiques religieuses si elles sont conformes à la  Loi : respect des obligations civiques, scolaires et respect d'autrui.
 
 

Principe N°1 : revivifier l'esprit associatif

Les faits

Les problèmes de la société seront réglés, non par les Pouvoirs Publics, mais par la société, c'est à dire par "les gens".

Ce qui est fait 

Le maire actuel qui ne cesse de tresser des louanges aux associations reste, sur ce point, l'héritier spirituel de la municipalité communiste qui n'a eu de cesse de reprendre les idées venues des associations pour les transformer en services municipaux, d'en infiltrer d'autres par militants interposés ou, plus subtilement, de subventionner des associations stratégiques pour créer de liens de dépendance tels que ses responsables se disent dans l'impossibilité de s'opposer au Maire…

En 1995, les subventions aux associations  à Ste Geneviève s'élèvent à 5,5 millions de F soit 3,2 % des dépenses de fonctionnement. C'est beaucoup moins que ce que les villes de même importance accordent en moyenne aux associations. Plus fort encore : parmi ces 5,5 millions de francs, 3,3 (60 %) vont à des associations para-municpales, c'est à dire à de simples extensions de la municipalité.
 

Ce que fera Henri Prévot

- Le nouveau maire créera un "Comité consultatif chargé de la Promotion de la Vie associative". Ce Comité, créé selon la loi de 1992 sur la démocratie locale, regroupera des Conseillers municipaux de la majorité et de l'opposition ainsi que des représentants associatifs.

Il aura les missions suivantes : diffuser l'information sur les besoins de la commune ; informer sur ce qui se fait dans d'autres communes ; organiser les "assises de la vie associative" ; proposer au Maire des contrats-type pour régler les relations avec les associations ; gérer l'utilisation de plusieurs pages mensuelles du journal municipal qui seront mises à sa disposition ; rendre compte à la population des progrès de la vie associative.

- la ville passera avec les associations des Contrats pluriannuels qui prévoiront des objectifs chiffrés, les réponses aux besoins de formation, une aide pour la bureautique et la communication, et un mode d'évaluation de l'action.

Il s'agit de laisser toute sa place aux initiatives de chacun et de faire de Ste Geneviève un exemple de cohésion sociale urbaine.
 


Principe N°2 : Développer la démocratie locale

Les faits :

La commune devrait être le lieu où s'apprend la démocratie. Mais, à Ste Geneviève, la démocratie locale se limite au "service minimum". Après 30 années sans alternance, cette absence de transparence, ce refus du débat et ce monopole de l'information sont plus qu'inquiétants.

Ce qui est fait

- M. Champion se flatte d'accorder une place à l'opposition dans le journal municipal ? Il présente cela comme une faveur alors que c'est un droit (qui finance "Notre Ville" sinon tous les Génovéfains ?) et que cette concession se limite à une ou deux pages par an.

- M. Champion reçoit les gens qui le demandent ? C'est exact et, là encore, c'est la moindre des choses. Mais dit-il toujours la suite qu'il donne aux remarques ou aux réclamations ?

- M. Champion dit qu'il consulte sur les projets ? C'est parfois vrai, mais il agit généralement différemment sans même informer ceux qu'il a consultés. N'oublions pas que le choix de l'utilisation des sols des 23 hectares des Aunettes n'a pas été soumis à consultation et que le Comité de Développement social urbain n'a été réuni que deux fois en cinq ans et à des horaires qui ne permettaient pas aux gens qui travaillaient d'y assister.

Le conseil municipal n'est finalement qu'une "chambre d'enregistrement" de décisions prises ailleurs, sans que l'oppositions puisse intervenir.
 

Ce que fera Henri Prévot

- Le journal municipal réservera à l'opposition une page par numéro (et non deux par an comme actuellement)

- Avant la réunion du conseil municipal, les dossiers sont adressés à tous les conseillers suffisamment à l'avance pour qu'ils puissent les étudier

- La nouvelle municipalité créera des Comités consultatifs selon la loi de 1992 sur la démocratie locale. Formés de Conseillers municipaux et de représentants d'associations, ces Comités traitement de la promotion de la vie associative, de la réussite à l'école, du logement et du travail. Ils feront un rapport annuel au conseil.

- Le nouveau maire organisera des "consultations populaires" (consultatives, comme le prévoit la loi), notamment sur le priorités d'emploi à créer et sur l'urbanisme.

- Dans les quartiers volontaires, la Ville donnera un budget pour un aménagement ou une animation, sous réserve d'approbation par le conseil municipal.

- Les animations de quartier seront l'occasion de rencontres entre quartiers, entre habitants des cités et Génovéfains des pavillons.

- Des "tribunes libres" dans le journal municipal permettront à des acteurs de la vie locale et à des spécialistes de s'exprimer sur le sujets de leur choix, dans la mesure où ils concernent les Génovéfains.
 


Principe N°3 : Empêcher la corruption et les abus de pouvoir

Les faits

Tout individu qui a du pouvoir a la tentation d'en abuser. Il vaut mieux le savoir et en tenir compte. Or le maire a de grands pouvoirs sans contre-pouvoir : c'est le Maire qui accorde les permis de construire, qui embauche le personnel municipal, qui attribue une partie des logements sociaux ; c'est lui qui autorise des dérogations à la "carte scolaire" permettant ou non à certains parents de choisir l'école de leur enfant ; c'est encore le Maire qui peut décider de préempter, c'est à dire d'acheter pour la commune un bien à vendre, en s'opposant donc à celui qui voulait l'acquérir, (…). Enfin le Maire choisit les entreprises auxquelles il passe les marchés et, à tous nivaux, dispose d'un réel pouvoir d'influence.

Ce qui est fait

Ce que ne fera pas Henri Prévot

Rechercher ou utiliser la reconnaissance des personnes à qui le Maire a donné satisfaction, rouler en voiture de luxe, abuser des frais de mission ou chercher à contrôler l'attribution de 80 % des logements sociaux…

Ce que fera Henri Prévot

- un audit général et impartial : la nouvelle majorité municipale demandera à un cabinet spécialisé de réaliser un "audit" général des services municipaux, non par esprit de revanche, mais simplement parce que 30 années sans alternance ont obligatoirement généré des dérives aussi coûteuses pour le contribuable que dangereuse pour la démocratie locale.

- La transparence est le meilleur des garde-fous. Le journal municipal donnera aux Génovéfains toutes les informations nécessaires à leur compréhension complète des problèmes en permettant à toutes les opinions de d'exprimer.

- La nouvelle majorité municipale préférera toujours subventionner des projets qu'attribuer des subventions de fonctionnement aux associations. En effet, les associations sont des contre-pouvoirs qui doivent rester libres ; d'autre part, il est plus facile de contrôler l'utilisation des fonds attribués à un projet précis.

- la municipalité fera rédiger un code de déontologie pour les élus et le personnel municipal, par un groupe de travail associant des représentants de la majorité et de l'opposition.
 
 

Principe N°4 : Retrouver l'équilibre budgétaire

Les faits

Aujourd'hui, avec des taux d'intérêt de 9 à 10 % et une inflation de 2%, l'endettement est une facilité coûteuse, comme une drogue : chaque franc que nous dépensons aujourd'hui sans avoir la recette correspondante nous coûtera le double.

Ce qui est fait

- Les dépenses annuelles obligatoires sont supérieures de 7 à 8 millions de F aux recettes, c'est à dire 10 % des impôts locaux. M. Champion emprunte pour financer le gros entretien : un quart de nos impôts va aux banques pour payer les intérêts (sans compter le remboursement de la dette). Aujourd'hui nous payons 6 millions de F de plus qu'il y a six ans.

- Les procédures administratives à Ste Geneviève sont souvent très lourdes, donc à la fois gênantes et coûteuses.