Propositions faites par Henri Prévot aux élections cantonales de 2004

La brochure de propositions, 16 pages illustrées, distribuée dans toutes les boîtes à lettres, comporte une liste d'actions préparées avec l'UMP, l'UDF et les NIPP (non inscrits à un parti politique), présentée dans les pages qui suivent sur fond orange, et une vingtaine d'actions sur lesquelles Henri Prévot met spécialement l'accent (présentées sur fond bleu). On peut se procurer cette brochure en s'adressant ici.
 

Avec Henri Prévot

Améliorons la vie des Génovéfains 

en faisant de la politique 

Autrement !

Nos élus
A u t r e m e n t !

Madame Monsieur

Avec près de un milliard d’euros (6,6 milliards de francs), le Conseil général de l’ Essonne prend des décisions qui nous concernent tous de très près : les collèges, les aides sociales (aux personnes âgées, à l’enfance, aux personne sans emploi…), les routes, les espaces naturels, la prévention de la délinquance…

Il est donc difficile de vous décrire en quelques pages tout ce que j’ai la volonté de réaliser pour notre commune et pour l’Essonne, avec mes amis de Ste Geneviève Autrement et avec la nouvelle équipe qui se prépare à gérer le conseil général.

Ce cahier de propositions vous présente des projets utiles et réalistes. Il doit beaucoup aux très nombreuses conversations que j’ai eues avec vous depuis plus de dix ans dans la rue, au café ou en allant frapper à vos portes, et aux suggestions que vous m’avez adressées par téléphone ou par courrier électronique.

Aujourd’hui la priorité n’est pas aux grandes et coûteuses dépenses d’équipement.- Il faut entretenir notre patrimoine de routes, d’immeubles, d’espaces naturels
 
  

Il faut créer un lien entre l'action publique et la vie quotidienne
- En appui des familles et de l’Education nationale, il faut aussi éduquer notre jeunesse dans tous les domaines pour la préparer à saisir les chances et à se préserver des risques d’un monde qui évolue très vite.

-  Il faut enfin faciliter et encourager les relations sociales et apporter un concours à ceux qui en ont réellement besoin.

Le maire, le député, le conseiller général, le président de la communauté d’agglomération, le président du Conseil général et celui du Conseil régional, tous sont aujourd’hui du même bord politique et se partagent le pouvoir et les bonnes informations.

Avec ces élections, vous pouvez apporter le minimum de diversité nécessaire au débat démocratique car vous pourrez faire entendre votre voix. Elu conseiller général, je pourrai en effet mieux vous informer et, enfin, agir sur les dossiers qui intéressent notre ville.

Je vous donne donc rendez-vous les 21 et 28 mars prochains.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments dévoués.

Henri PREVOT
SOMMAIRE

Editorial

L'Essonne

Henri PREVOT : les raisons d’un engagement, depuis déjà quatorze ans : une ambition pour notre ville et pour le département, une vision cohérente de l’action locale et quotidienne dans le contexte national et mondial.

Nos jeunes                                                      Autrement !

… pour répondre à leur soif de connaissance, à leur besoin d’être reconnus et aimés ; les préparer à ce monde riche de promesses et ouvert à tous les vents de la concurrence.

Nos tout jeunes enfants
Nos anciens
Nos handicapés
Nos sports et notre culture                                Autrement !

… pour aider les jeunes parents : la France a besoin d’enfants. … pour lutter contre la solitude de nos anciens
… pour offrir à tous une culture de qualité ; pour garder l’équilibre entre sport d’élite et sport du grand nombre
…pour faciliter la vie à tous ceux qui sont atteints d’un handicap, les oubliés de notre ville. 

Nos chercheurs d’emplois
Nos bénévoles
Nos jeunes délinquants                                         Autrement !

… pour remettre le travail à l’honneur et pour aider ceux qui n’en ont pas à en trouver un.
… pour apprendre à nos jeunes à respecter les règles
… pour encourager et accueillir les bonnes volontés : les bénévoles veulent être compétents et reconnus.

Nos moyens de transport
Notre environnement                                             Autrement !

… pour lutter contre le bruit, bruit des voitures, bruit des avions etc., et contre les émissions de gaz à effet de serre ; pour traiter nos déchets au moindre coût ; pour mettre en valeur notre patrimoine naturel et culturel
… pour faciliter à moindre coût nos déplacements.

Nos logements,
Nos emplois
Nos finances
Nos relations avec les élus                                     Autrement ! 

… pour augmenter le nombre de logements sociaux sans démolir ceux qui sont de bonne qualité
… pour faciliter la création d’emplois
… pour que le département n’augmente plus sa dette ni le taux de ses impôts
… pour que les élus consultent mieux la population et lui rendent compte de leurs décisions
… pour toujours améliorer la qualité du service : rechercher quelles sont les meilleures pratiques et s’en inspirer.
 

retour en tête de page
 
ESSONNE

1.134.000 habitants.

L’Essonne dynamique

Une population jeune  

plus de 28 % ont moins de 20 ans ; plus de 50 % ont moins de 40 ans.

300 000 jeunes sont scolarisés, dont 120 000 au collège.

Une population qui croit en l’avenir : 17 000 naissances par an ; chaque femme a deux enfants (1,97 en moyenne exactement).

Riche de sa diversité

Au sud : agriculture très performante ; au nord, de grands pôles de services, industrie et recherche 

La recherche et la technologie : CEA, Génopole, Optics Valley… : en tout 200 laboratoires et 22 000 chercheurs. Près de 15 % du potentiel national de la recherche publique.

Les plus grandes écoles françaises : Polytechnique, école supérieure d’optique, le CNAM Supelec et bien d’autres,  et des universités, des IUT, à la réputation bien établie : Orsay, Evry… 
 

L’Essonne en difficulté

Chômeurs : 7,5 % de la population active. Allocataires du RMI : 15 000.

Délinquance : Après une forte augmentation de 1998 à 2003, le nombre de délits a légèrement diminué en 2003 en Essonne, mais a augmenté à Ste Geneviève des bois.

Le manque de logements sociaux : à Ste Geneviève, 1200 demandes non satisfaites.

Des problèmes de transports et de garde d’enfants, car 80% des personnes qui ont un emploi travaillent hors de leur commune.
 

Au Budget du conseil général

En six ans les dépenses ont augmenté de 24 % et la dette de 50 %. 
 

TRAVAIL ET PROJETS .... RESPECT DES REGLES... ENTRAIDE ET SOLIDARITE...


Pour vivre heureux dans un monde compliqué

 
Henri Prévot, quelques mots de présentation.

Ma carrière d’ingénieur est marquée par sa diversité : à Paris et en province, dans l’administration d’Etat, dans une agence publique (l’ANVAR, qui finance l’innovation), dans le Conseil Régional d’Aquitaine auprès de Jacques Chaban-Delmas et dans une entreprise privée. 

Aujourd’hui, je suis au Conseil Général des Mines, un organisme chargé de donner des avis aux ministres de l’industrie, de l’économie et de l’environnement sur les questions d’énergie, d’innovation, de qualité des produits, de pollution par exemple. Personnellement je m’intéresse particulièrement à la gestion des services publics et aux questions d’énergie et d’effet de serre. 

A côté de mes activités professionnelles j’ai toujours été membre d’associations diverses dans lesquelles je m’implique fortement. Il y a quelques années, j’ai été responsable dans un mouvement éducatif. Aujourd’hui, mon activité de conseiller municipal, à 100% bénévole, et l’animation de l’association Ste Geneviève Autrement occupent une bonne part de mon temps libre.

Et je pratique la course de fond : quelques marathons, chaque année les 10 km de la course de Ste Geneviève, la Génovéfaine, et une course d’une douzaine de kilomètres une fois par semaine le long de l’Orge. C’est bon pour la santé. D’ailleurs, pour tenir la distance dans l’opposition à Ste Geneviève, il faut du souffle !
 

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans la politique locale ?

Il y a quatorze ans, voyant monter l’abstention et les votes de protestation, avec quelques amis nous nous sommes dit qu’il fallait réagir et se lancer. Nous avons pensé que la démocratie pourrait retrouver de la vitalité à l’échelon local puisque les citoyens peuvent plus facilement comprendre pourquoi et comment les décisions sont prises et quels en sont les résultats ; ils peuvent aussi plus facilement participer à la décision. Voilà ce que nous croyons. Mais à Sainte Geneviève des Bois la démocratie locale ne fonctionne pas bien. 

Aujourd’hui, j’ai un sentiment d’urgence. Le monde qui vient est plein de possibilités fantastiques mais j’ai l’impression que notre pays, si il ne se ressaisit pas, va rencontrer de graves difficultés : effet de serre, mondialisation, pression sur les services publics, sécurité et éducation des jeunes, sens de l’effort et du travail, laïcité et affaire du voile. Sans être pessimiste, il vaut mieux voir les risques pour les écarter. Il ne suffit pas d’analyser cela de loin, il faut aussi travailler concrètement, au plus près de la réalité quotidienne.
 

Penser globalement et agir localement, en quelque sorte.

Prenons le cas de l’effet de serre par exemple. Une hausse de température très rapide créerait des désordres atmosphériques graves. La France peut diviser par trois ses émissions ; avec des collègues, j’ai montré comment. Les communes et le département peuvent agir dans ce domaine. Ils devraient aussi informer et sensibiliser la population, comme l’a fait Ste Geneviève Autrement avec une réunion publique autour d’un des meilleurs spécialistes mondiaux.

Autre sujet majeur : la place de la France dans la mondialisation. Si, ensemble, nous ne conservons pas notre avance technologique, nos salaires seront peu à peu abaissés au niveau de ceux de pays comme l’Inde et la Chine : éducation technique et formation, voilà un chantier qui intéresse tout le monde, et particulièrement notre département, qui abrite un grand nombre d’ingénieurs, de chercheurs et de techniciens. Il n’y a pas de miracle : nous ne pourrons pas nous maintenir si nous ne travaillons pas pour progresser.

Autre sujet : on sait que lorsque les entreprises sont en concurrence elles sont obligées de chercher sans cesse à être efficaces, et c’est bien. Mais lorsqu’elles rendent des services publics, il faut être très attentif aux prix, à la qualité du service, aux relations entre les entreprises et les citoyens. C’est vrai à tous les niveaux, en particulier au niveau local, c'est-à-dire le département et les communes.
 

Vous parliez aussi des associations.

Il est clair que les services publics, que nous devons maintenir et renforcer, ne pourront pas répondre à tous les besoins de lien social. La société a besoin de bénévoles. Ils montrent que l’on peut être motivé par autre chose que l’argent car ils sont animés par la volonté d’agir pour l’entraide et la solidarité. Il faut aussi organiser des coopérations fructueuses entre bénévoles et professionnels. Notre programme aux cantonales fait des propositions novatrices pour augmenter encore le nombre de bénévoles en respectant leur indépendance. 
 

Qu’en est-il de la sécurité ?

La sécurité est aussi un problème de société sur lequel le département et la commune ont un rôle considérable à jouer. L’action du ministre de l’intérieur est remarquable : il a une politique et il montre qu’il est proche des gens en répondant à ceux qui s’adressent à lui. Encore faut-il que l’action de prévention, qui relève du département et des communes, soit efficace. Depuis six ans la délinquance a beaucoup augmenté en Essonne comme ailleurs ; l’an dernier alors qu’en moyenne elle était en diminution, elle a continué d’augmenter à Ste Geneviève des bois de 3,2% (le Parisien du 17 janvier 2004). Nous manquons d’éducateurs spécialisés et il n’y a pas assez de places dans les centres d’éducation renforcée. Les propositions que j’ai faites n’ont pas été écoutées. Or nous devons apprendre à nos jeunes à respecter les règles et à respecter l’autorité.

Le rôle des parents est irremplaçable ; le département et les communes ont un rôle à jouer à la fois pour leur rappeler leurs responsabilités et pour les aider chaque fois qu’ils en ont besoin.
 

Un autre sujet agite la société : l’affaire du voile.

Tout le monde sent bien que cette affaire du voile est le symptôme d’une question beaucoup plus profonde : la place et le comportement de l’Islam en France. Les textes qui fondent notre République ont posé le principe de la séparation de la religion et de l’Etat qui est devenu ce que nous appelons la « laïcité à la française ». Le Coran ignore cette séparation et il semblerait que certaines organisations islamiques veuillent remettre en cause notre façon de vivre la laïcité. Notre société ne l’acceptera pas. Mais la très grande majorité des musulmans, pratiquants ou non, accepte la laïcité et respecte les lois de notre République. Cela dit, la plupart des hommes et des femmes ressentent le besoin intime de religion et de spiritualité, et ce sentiment doit être respecté.

En même temps, nous devons absolument éviter toute forme de discrimination liée à l’origine ethnique ou à la religion. Car tous les Français sont également français, tous sont héritiers de l’histoire de la France ou le deviennent en devenant français. En complément de ce que fait l’éducation nationale, pour que les jeunes soient fiers d’être français le département a un rôle à jouer.
 

Voilà donc du pain sur la planche.

Avec mes amis de Ste Geneviève Autrement, nous avions déclaré que nous entrions en politique non par amour du pouvoir mais pour être utiles à nos concitoyens. Encore faut-il avoir les moyens de se faire entendre.

 

retour en tête de page
 
Notre jeunesse 

Un dynamisme, une soif d’apprendre, une capacité d’émerveillement et d’enthousiasme. Le rôle des parents et celui de l’éducation nationale sont primordiaux mais tout le monde doit contribuer à l’éducation et à l’épanouissement de la jeunesse.
 

Ouvrir l’école à la vie !

Connaître les métiers pour pouvoir se projeter dans l’avenir

Invités par les enseignants, des professionnels pourraient venir dans les classes pour parler de leur métier, de leur vie : nous y travaillerons avec les chambres de commerce et d’industrie et les chambres des métiers.
 

Faire de nos jeunes des citoyens conscients

Pourquoi des élus du département et de la ville ne viendraient-ils pas dans les classes pour montrer aux enfants comment sont prises les décisions ? Un élu d’un bord politique et un autre de l’autre bord pour bien montrer que, au dessus de leurs différences, il y quelque chose de fort et d’essentiel : le respect du citoyen et de la démocratie.

Le conseil général incitera les communes à créer des conseils municipaux de jeunes – il n’en existe pas à Ste Geneviève des bois.
 
 

Notre monde n’est pas virtuel !

Chaque enfant a une forme d’intelligence bien à lui. Nombreux sont les enfants qui s’épanouiront en fabriquant des objets, ou en les réparant ; ils seront encore plus heureux si ces objets sont reconnus comme beaux ou utiles. Plus qu’aujourd’hui, nous leur offrirons la possibilité de réaliser des objets. Par exemple : du mobiliser urbain simple, avec l’appui d’un professionnel, la réparation de vélos ou de mobylette etc.
 

 

L’échec scolaire est un des scandales de notre société !

C’est un gaspillage, et aussi un risque : le dynamisme de la jeunesse, la volonté d’apprendre et le besoin d’être reconnu risquent de sombrer dans la violence ou dans la fuite : drogue, alcool, tranquillisants.

Eviter que les enfants n'entrent dans la société par la voie de l'échec, entourer et accompagner les parents selon leurs besoins, rechercher  avec les associations qui oeuvrent pour la jeunesse une coopération efficace et respectueuse de leur indépendance - voilà qui devrait associer toutes les composantes et toutes les sensibilités de notre département et de nos communes. Je l’ai proposé au conseil municipal en 1996. Aujourd’hui, huit ans plus tard, une expérience s’engage dans deux collèges avec un financement du département ; nous l’étendrons à tous les collèges.
 
 

La science à pleine puissance

Les jeunes veulent connaître le monde : le vivant, les étoiles, l’infiniment petit. Ouvrons les jeunes aux sciences et aux techniques ! 

OGM, manipulations génétiques, internet et l’informatique, nanotechnologies etc., si nous ne comprenons pas ce quoi il s’agit, comment évaluer leur impact sur la société, comment juger des politiques proposées par les responsables, comment en définitive faire fonctionner la démocratie ?

« La main à la pâte » pour les plus jeunes, les « journées de sciences » pour les aînés, c’est très bien. Il faut doubler, tripler, décupler !

Il y a deux cents ans déjà, Condorcet demandait aux scientifiques de passer du temps  à l’éducation populaire. Aujourd’hui, dans les pays du nord de l’Europe, l’éducation à la science est aux techniques est beaucoup plus active, concrète, que chez nous et elle fait participer les jeunes.

Mobilisons les scientifiques de l’Essonne : le Génopole, le plateau de Palaiseau etc.

 

retour en tête de page
 
Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
Pour les jeunes 

Les jeunes essonniens méritent franchement mieux que la politique de paillette à laquelle la gauche les cantonne, en organisant chaque année, par exemple, un concert qui coûte 600000 euros aux contribuables du département.

A l’école

Nous rénoverons tous les collèges qui en ont besoin

Transports : nous maintiendrons les transports réservés aux élèves et adaptés à leurs horaires de cours

Les cantines : nous augmenterons l’aide à la restauration pour les collèges qui s’engagent avec nos agriculteurs dans une démarche d’alimentation de qualité (produits de l’agriculture raisonnés ou biologique) 

Vie scolaire : Nous allégerons le poids des cartables des collégiens : pourquoi porter tous ses livres à l’école si les enseignants peuvent projeter sur un écran des images tirées du livre ou venant d’internet ? Nous équiperons les salles de classes.
 

L’école et le monde extérieur

Nous aiderons les communes qui s’engagent en faveur du réaménagement du rythme de l’enfant (organisation d’activités culturelles et sportives l’après-midi 

Nous développerons à l’école la prévention contre le tabagisme, la drogue, l’insécurité routière

Aux collèges qui le souhaitent, nous proposerons une éducation à l’environnement, une ouverture sur les métiers avec les entreprises locales et une éducation civique en liaison avec les élus locaux.
 

Hors de l’école 

Nous étendrons l’utilisation de la carte jeune aux adhésions aux clubs sportifs et culturels

Nous donnerons un coup de pouce pour l’organisation de chantiers écoles qui, en l’échange d’un travail, permettent de financer un projet personnel (vacances …)

Nous obtiendrons la création de nouvelles formations en Essonne (tant à l’université qu’en centres de formation pour les apprentis)

Nous aiderons les jeunes à trouver des stages en alternance dans les entreprises en créant une bourse d’échange

Nous créerons avec les communes des lieux d’accueil et d’animation pour les adolescents qui en manquent cruellement

Nous ouvrirons une cellule spécifique d’écoute et de soutien à la jeunesse en danger (drogue, tabac, alcool, suicide…)

Nous ouvrirons les jeunes aux sciences et aux techniques

Nous leur offrirons la possibilité de réaliser des objets, des objets utiles, parce que le monde n’est pas un monde virtuel.

retour en tête de page

LES AGES DE LA VIE   CULTURE ET SPORTS


La France a besoin d’enfants

On connaît les difficultés que rencontrent les jeunes parents pour faire garder leurs enfants : les besoins sont trois fois supérieurs aux possibilités connues.

Le conseil général vient de financer à Ste Geneviève un relais pour les assistantes maternelles. Je m’en réjouis. Mais cela n’augmentera pas suffisamment les possibilités de garde de jeunes enfants.

Nous encouragerons en priorité les crèches familiales et les gardes mutuelles dans une famille ou dans une autre selon les possibilités – par la prise en charge des primes d’assurance par exemple.
 

Personnes âgées

Tous contre la solitude

Henri Prévot : « Deux priorités : le maintien à domicile aussi longtemps que possible et la lutte contre la solitude. »

Ce qui se fait aujourd’hui à Ste Geneviève est bien mais ne répond pas à tous les besoins. 

Pour les personnes à faible mobilité, nous faciliterons les déplacements, en particulier ceux  qu’elles sont obligées de faire : une convention avec les taxis ou des petits bus avec un téléphone portable pour déterminer le trajet en fonction des demandes.

Il est difficile de se déplacer sur des trottoirs mal entretenus et il manque de bancs pour se reposer.
 

Handicapés 

Des bâtons dans les roues

A Ste Geneviève, on ne voit presque pas de handicapés en fauteuil roulant ? Qui pourrait croire qu’il n’y en a pas ? En réalité, ils ont tellement de mal à circuler qu’ils préfèrent rester chez eux !

Autre chose : à la demande pressante de M. Champion, il est prévu de démolir un des très rares immeubles de logements conçus pour les handicapés (60 logements au 25 rue F.H. Manhès, à Pergaud) ! Je saurai convaincre mes amis d’empêcher cette stupidité ruineuse et traumatisante.

Voisin…Voisine

Les relations de voisinage sont facilitées lorsque l’on a fait connaissance dans des ambiances chaleureuses ; nous encouragerons donc les repas de rue et les rencontres de quartier.
 
 
 

Culture, sports, vie d’équipe
 

La tête et les jambes
 

Sports de masse et sport d’élite

Attention à garder l’équilibre ! Nous commençons à dépenser beaucoup d’argent pour conserver à Ste Geneviève des athlètes de haut niveau venus d’ailleurs ! Il vaudrait mieux faire venir au sport plus de jeunes génovéfains.
 

Nous offrirons A TOUS une culture DE QUALITE.

Tous les Français sont héritiers d’une même histoire et d’une même culture. Les apports extérieurs viennent enrichir cet héritage, à condition de le respecter.

A Ste Geneviève, des artistes sont prêts à donner de leur temps pour les jeunes. Ne gâchons pas cette chance !

A Ste Geneviève, quelques personnes proposent une « université populaire ». J’appuierai ce genre de projet, qui doit pourtant encore être précisé.
 

Pour apprendre à réaliser des projets en équipe

Dans une équipe, chacun a son rôle. Voilà de quoi apprendre un comportement de citoyen ! Avec les communes qui le veulent, nous faciliterons l’implantation de grands mouvements et associations d’éducation qui pratiquent cette pédagogie par le projet.

 

retour en tête de page
 
 
Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
La petite enfance

L’Essonne offre seulement 10 000 places pour la garde des enfants de moins de 3 ans alors que les besoins sont évalués à 30000 places.

Nous aiderons les parents à créer des crèches parentales

Nous augmenterons le nombre d’assistantes maternelles grâce à l’octroi d’une première dotation en matériel (lits, poussettes…) et la mise aux normes de sécurité du domicile des essonniens qui se destinent à ce métier.

Nous créerons une bourse d’échange sur la garde partagée au domicile des parents

Nous favoriserons l’ouverture de crèches à des horaires décalés pour les parents qui travaillent
 

Les personnes âgées

Leur permettre le maintien à domicile

Nous développerons les services de maintien à domicile et étendrons leur fonctionnement au week-end. En outre nous développerons la téléassistance.

Nous créerons des services de transport très souples pour répondre à une demande personnalisée.

Nous développerons l’accueil des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer.
 
 
 
 
 

 

Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
Les handicapés

Leur offrir aux personnes toute leur place en Essonne

En Essonne, près de 700 enfants attendent un placement adapté à leurs besoins. Chaque handicap doit pouvoir bénéficier d’un hébergement et d’un travail adaptés.Nous imposerons l’accessibilité aux personnes handicapées 

Nous créerons une aide pour l’équipement des domiciles (appareillages et travaux d’adaptation)

Nous soutiendrons les centres d’aide par le travail pour favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées.
 

La culture, le sport

Aujourd’hui, la politique sportive et culturelle du département est déséquilibrée au profit du sport de haut niveau et de grosses manifestations achetées à prix d’or. 

Nous réaliserons des équipements pour la pratique libre de tous les sports : chemin de randonnées, pistes pour les vélos ou les rollers en forêt, espaces pour les sports de ballons dans les communes,

Nous soutiendrons les associations (postes d’éducation, numéro vert pour les coûts juridiques),

Nous faciliterions l’apprentissage et la découverte de tous les arts (musique, théâtre) et de la lecture,

Nous mettrons en valeur le patrimoine essonnien (Chamarande, Méréville, musée de la photo à Bièvres, Caillebotte, Flammarion à Juvisy).

Nous ferons tourner dans le département les spectacles ou expositions culturelles jusqu’alors limitées à une ville ou un canton.

Nous développerons un tourisme d’entreprise.

retour en tête de page

PREVENTION ET RESPONSABILITE


Remettre le travail à l'honneur

Voici une règle simple, à manier avec beaucoup de précaution : plutôt que de donner de l’argent à des personnes qui ne travaillent pas, donner cet argent à ceux qui pourront leur proposer un travail. C’est le principe du RMA, revenu minimum d’activité, pour les Rmistes de plus de deux ans. 

Une autre règle : que celui qui travaille gagne, tout compris, plus que celui qui ne travaille pas.

Accompagner les personnes à la recherche d’emplois : perdre son emploi est une épreuve très dure. Même si l’on sait que ce n’est pas vrai, on a toujours le sentiment d’être rejeté par la société. Pour retrouver du ressort et garder courage, il est bon d’être accompagné. Le service emploi de Ste Geneviève des bois joue très bien ce rôle. Mais, là comme ailleurs, le personnel municipal ou départemental ne suffit pas à la tâche.
 


DELINQUANCE

Qui aime bien châtie bien !

On en parle moins, mais la délinquance n’a pas disparu ! Voitures brûlées, incendies de cave la nuit, agressions à domicile – récemment encore, un homme hospitalisé après avoir reçu des coups de voyous entrés par la fenêtre. La vie est toujours difficile dans certains quartiers.

Henri Prévot : « En visitant le centre d’éducation renforcé qui reçoit les jeunes de l’Essonne, dans la campagne, à Grans dans les Bouches du Rhône, je me suis rendu compte à quel point de tels centres sont nécessaires et à quel point les capacités, pour l’Essonne, sont insuffisantes. »

Nous rechercherons l’accord du ministère de la justice pour disposer de places plus nombreuses dans des centres d'éducation renforcée ou des centres fermés.

Le Conseil général paie les salaires des « éducateurs spécialisés » qui suivent les jeunes qui se trouvent à la frontière de la délinquance. Il faudra faire un bilan de cette action. 

Des sanctions adaptées et intelligentes

La sanction est nécessaire pour montrer au jeune délinquant qu’il existe des limites et pour lui permettre de se racheter. Le premier délit doit être puni : la justice s’en rend mieux compte aujourd’hui. Mais il faut une sanction intelligente. C’est là que nous interviendrons : nous proposerons des TIG, travaux d’intérêt général, en grand nombre, avec un encadrement effectif assuré par le personnel du département. Par exemple : le nettoiement des berges de ruisseaux et de lacs. Nous apporterons un concours aux communes qui proposeront des TIG.

Rappeler aux parents leurs responsabilités, si nécessaire en leur faisant payer les dégradations, et les aider après avoir étudié avec eux ce qui ne va pas.

Profession : Bénévole !



Ecole, loisirs éducatifs, culture, sport, aide sociale … la société a besoin de bénévoles, un besoin vital !
 

Les besoins de lien social (l’entraide, la présence, le partage des connaissances etc.) sont immenses. Les familles, les églises y répondent moins complètement que jadis. Malgré leur dévouement, les employés du service public n’y suffiront pas ! 

« Les bénévoles, il en existe !» m’a dit un jour un jeune avec qui je causais au bar d’un café. « Voyez les restos du cœur ». Il a raison. Les bénévoles, il y en a. Beaucoup, même. Mais pas suffisamment. Que ferons-nous pour qu’il y en ait encore plus ?
 
 

Les bénévoles veulent être compétents

Note programme prévoit de financer la formation des bénévoles. Je veillerai à ce que cette possibilité soit largement étendue :

- formation à l'écoute et à l'accompagnement dans diverses situations : sortis de prison, grands malades, personnes qui souffrent de solitude, personnes sous l’empire de la drogue ou de l’alcool, personnes qui viennent d’être licenciées, chômeurs, parents qui ont des difficultés avec leurs enfants, jeunes désemparés ou en recherche, fumeurs invétérés etc. etc.

- des stages de formation à l’animation des jeunes, écrivain public, accompagnement scolaire

- apprendre comment se comporter face à des jeunes qui créent le trouble etc.
 
 

Les bénévoles veulent être reconnus

Nous ne chercherons pas à nous attribuer le mérite de leurs propositions ou de leurs actions, comme cela arrive trop souvent. Un comité consultatif de la vie associative y veillera. 

Le conseil général élaborera des chartes de coopération qui encourageront le bénévolat.

Nous leur donnerons les moyens de partager leurs expériences pour connaître ce qui se fait de mieux dans d’autres communes, d’autres départements.
 
 

Que bénévoles et services publics coopèrent ! Avec des bénévoles compétents et reconnus, c’est plus facile.
 

 

retour en tête de page
Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
L’aide sociale

En France, le conseil général est le premier financeur de l’action sociale. Dans notre département, son budget dépasse 400 millions d’euros par an. Ceux qui ont besoin d’être soutenus ne savent pas toujours à quelle porte frapper. C’est en étant au plus près du terrain que nous serons le plus efficaces et le plus justes, avec le personnel du département, en coopération avec les associations.

La réinsertion sociale

Répondre au mal-vivre, permettre la réinsertion sociale et faire face aux urgences

L’alcoolisme, les suicides, la consommation de drogues sont les signes de situations de détresse : nous développerons la prévention et le soutien aux personnes concernées. Les associations qui oeuvrent en ce domaine seront davantage aidées.

Nous aiderons les structures capables de créer le « guichet unique » pour traiter efficacement par une seule personne, tous les aspects de l’aide apportée à ceux qui en ont besoin (logement, emploi, surendettement…).

Nous allègerons toutes les procédures pour que l’aide d’urgence soit vraiment efficace.

Nous triplerons le nombre de logements d’urgence pour faire face à des situations de crise comme l’expulsion, les violences conjugales ou les séparations brutales.

Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
La délinquance

Eviter la délinquance

La gauche est directement responsable de l’explosion de la délinquance à laquelle elle a assisté sans réagir. Seule l’action de Nicolas SARKOZY a permis d’inverser la tendance. Même s’il s’agit d’une compétence de l’Etat, nous estimons qu’il est de notre devoir de l’aider à lutter contre ce fléau

Nous soutiendrons et amplifierons l’action du gouvernement pour restaurer la sécurité de tous.

Nous aiderons les communes à équiper en vidéosurveillance les lieux sensibles : les parkings de voitures et de vélos, les parties communes d’immeubles collectifs par exemple

Nous créerons une brigade équestre départementale chargée de la surveillance des forêts, parcs et espaces naturels

Nous rendrons la justice plus efficace et plus rapide par la création de maisons de la justice et du droit.

Pour punir intelligemment, nous multiplierons les TIG, travaux d’intérêt général (entretien des espaces naturels etc.) et nous  les encadrerons efficacement.

Nous augmenterons le nombre de conciliateurs de justice.

retour en tête de page

ENVIRONNEMENT ET TRANSPORTS


Les transports

Pour nous Génovéfains, trois priorités : le bon fonctionnement et la sécurité de la ligne C du RER - mais cela ne dépend pas du Conseil général -, le bon usage de la francilienne et les transports en commun dans la ville.

Henri Prévot : « l’idée d’utiliser pour les autobus la voie d’arrêt d’urgence de la francilienne doit être étudiée aussi vite que possible car c’est sans doute une très bonne idée. D’ailleurs cela se pratique dans de nombreux pays. Ainsi, les bus iront plus vite que les voitures.»
 
 

Le parc à voitures près de la gare 

A Ste Geneviève, le parking près de la gare est saturé et les voitures encombrent les rues proches de la gare de sorte que les riverains sont très gênés. Nous travaillerons avec la SNCF pour augmenter la capacité du parking et pour en gardienner au moins une partie.
 

Nuisances aériennes
 
 

La gauche au Département réclame, c’est un comble, une augmentation du trafic aérien. Pour limiter le bruit subi par les habitants nous nous battrons pour :

- obtenir le respect de la loi : limitation à 200 000 mouvements annuels, maintien des couvre-feu et application des amendes aux compagnies aériennes qui ne respectent pas les couloirs

- créer un observatoire des nuisances aériennes chargé de recenser toutes les violations de trajectoires

- interdire l’accès à Orly des avions d’ancienne génération, les plus bruyants

- obtenir que, par vent d'est, les avions allant vers l'ouest, fassent leur virage à 17 km d'Orly et non à 12 comme aujourd'hui ; ainsi, lorsqu'ils passeront au-dessus de Ste Geneviève ils seront plus haut (de 800 mètres).

 

Recyclages intelligents

- Garder l’eau de pluie dans son jardin

- Composter  dans son jardin les déchets verts et les déchets de cuisine, comme le font nos voisins de Ste Michel sur Orge.

Ces recyclages intelligents à la source devraient diminuer la facture d’eau et de déchets.
 
 

Effet de serre

Le changement climatique est sans doute la grande affaire des années à venir. Que peut faire le conseil général ?
 

Un petit nombre de belles opérations de démonstratio

chauffe eau solaire dans un HLM, véhicules alimentés à l’électricité et au carburant, utilisation de la chaleur de l’usine d’incinération pour alimenter une pompe à chaleur et un chauffage urbain, chauffage au bois d’un lotissement avec une chaudière collective par exemple.

Les bâtiments du département et des communes 

Nous aiderons les communes pour qu’elles fassent des appels d’offres qui optimisent non pas le coût de la construction mais le coût global de la construction et de la gestion (chauffage, entretien etc.).
 

La ville à vélo

Ste Geneviève Autrement avait proposé d’aménager quelques trajets pour faciliter la circulation des vélos : vitesse limitée à 30km à l’heure, un goudron lisse. Dans cet esprit, les services de la ville ont dessiné des trajets qui traversent la ville, desservent les écoles, les magasins, la gare et vont de St Hubert à l’Orge. Mais ce dossier reste dans les tiroirs.

Voici une autre idée, donnée par un Génovéfain qui l’a vue à Vienne, en Autriche : la location de vélos aux couleurs de la ville en utilisant la carte bleue (pour être sûr que le vélo sera rendu).

retour en tête de page
 
Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
Les transports

Nous supprimerons les points noirs du trafic : les Ulis-Courtaboeuf, Maisse, N20,

Nous créerons de nouvelles lignes de bus, y compris le week-end,

Nous créerons la carte orange pour tous à 45 euros par mois.

Nous créerons un réseau de transport en commun en site propre 

Nous encouragerons tout ce qui peut faciliter les déplacements à vélo, notamment des parcs surveillés.

Et ; bien sûr, nous coopèrerons avec la SNCF pour améliorer le service de la ligne C : ponctualité, sécurité, confort.
 
 
 
 

Les pompiers

Donner aux pompiers les moyens de notre sécurité

Les pompiers sont placés sous la responsabilité du conseil général qui apporte 99,9% de leur budget. En Essonne malheureusement les soldats du feu ne sont pas récompensés pour leurs actes : il manque aujourd’hui plus de 100 pompiers en Essonne.

Nous garantirons la gratuité des interventions des pompiers auprès des particuliers chaque fois que la sécurité est en jeu

Nous créerons un numéro d’urgence unique, commun aux pompiers et au SAMU pour mieux coordonner l’intervention des secours et améliorer leur efficacité et leur rapidité
 

Les propositions UMP-UDF-Non inscrits
L’environnement

La gauche parle beaucoup de protection de l’environnement mais fait l’inverse de ce qu’elle dit. Par exemple les nouveaux collèges prévus par la gauche sont en zone inondable ou sur des espaces naturels protégés théoriquement inconstructibles.
 

Nous aménagerons les forêts et les berges de rivières pour la promenade et les loisirs, et nous valoriserons les espaces naturels sensibles les plus remarquables 

Nous lutterons contre toutes les nuisances en particulier le bruit : le bruit des avions, de la circulation etc. Nous créerons un point d’accueil et de conseil pour que soient sanctionnés les dépassements de normes

Nous construirons une maison témoin, laboratoire de tout ce qui peut être fait et subventionné pour économiser de l’énergie mieux protéger l’environnement et lutter contre l’effet de serre (eau, assainissement, énergie…) et nous expérimenterons les nouvelles technologies de  véhicule propre.

Nous encouragerons les communes à développer les jardins familiaux 

Nous évaluerons les conséquences sur l’environnement des politiques d’urbanisme.
 

Les déchets ménagers et l’assainissement 

Nous développerons le traitement biologique des déchets, pour faire du biogaz et du compost

Nous aiderons le compostage à domicile des déchets verts

Nous financerons la collecte à domicile des déchets toxiques

Nous aiderons ceux qui conservent l’eau de pluie sur leur terrain.

retour en tête de page

EMPLOIS, FINANCES ET ELUS


LOGEMENT

Bulldozers et portes blindées !

50 logements sociaux gratuits 

L’abbé Pierre nous rappelle sévèrement qu’il manque de logements sociaux.

Henri Prévot : "Si je suis élu nous ouvrirons immédiatement, et à très peu de frais pour la collectivité, cinquante logements pour ceux qui en cherchent. "
 

Nous stopperons le projet stupide et coûteux de démolition de logements à Pergaud, nous ferons enlever les blindages qui bloquent les portes et nous remettrons à neuf ces logements bien conçus et très bien situés.

Mieux : nous sauverons de la démolition promise soixante autres logements eux aussi très bien conçus, en particulier pour les handicapés   - au 25 rue F.H. Manhès.

Qui connaît les raisons de ce stupide projet de démolition ? 

L’argent économisé financera les autres opérations du programme, notamment la réhabilitation de la résidence et la construction de parkings.
 
 

L’emploi, ça se travaille

Henri Prévot : « chaque fois que le département finance directement des emplois, il prend aux contribuables un argent que ceux-ci auraient pu dépenser autrement, ce qui aurait servi à financer d’autres emplois ! » 

Il faut donc faire très attention : tout emploi public doit être plus efficace que si c’était un emploi privé ! Or en six ans, les effectifs du département sont passés de 2039 à 2597 – forte augmentation ! 

Henri Prévot : « J’étudierai personnellement la façon de susciter des initiatives locales pour apporter des capitaux propres aux projets de création de petites entreprises : actionnariat de proximité, études et accompagnement de dossiers et de projets. »
 
 

 

CITOYENNETE

La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas
 

Pour savoir lire, écouter et critiquer la presse et la télévision :: une convention avec Téléssonne 

L’information sera complète : par internet (comme sait le faire Ste Geneviève Autrement) : les décisions du conseil général, les marchés attribués, le coût de fonctionnement des différents services, etc.
 
 

GESTION

Guide des Bonnes pratiques

Le conseil général créera des outils qui permettront aux communes de comparer leurs pratiques pour toujours améliorer le service rendu aux habitants.

 Par exemple

- Le coût et la qualité des services publics locaux :

ordures ménagères, eaux assainissement, électricité, gaz, télécommunication, transports.

Henri Prévot : « En privé, des conseillers municipaux le reconnaissent : ils ne sont pas de taille à discuter d’égal à égal avec les entreprises qui délivrent les services publics locaux. Je demanderai que le Conseil général donne aux communes des outils de négociations : connaissance des coûts, vérification de la qualité etc. ».

 - Le coût de fonctionnement des communautés d’agglomération

Nous ferons des comparaisons entre les communautés d’agglomérations. Ainsi, elles seront toutes incitées à dépenser moins en dépenses administratives. Et cela permettra de voir combien coûtent les communautés d’agglomération, notamment celle du val d’Orge.

retour en tête de page
 
Les propositions UMP-UDF-Non inscrits

LE LOGEMENT

Tous les Essonniens ont droit à un environnement et à un habitat de qualité.

Nous accélèrerons le programme de rénovation des logements sociaux qui le nécessitent

Nous encouragerons la transparence sur la façon dont sont attribués les logements sociaux
 
 
 
 
 

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET EMPLOI

Soyons francs : dans l’ensemble, la situation de l’emploi ne dépend pas de l’action du département. Les rodomontades du Conseil général au sujet de Lu l’ont bien montré. Le conseil général agira là où il peut être efficace. 

Nous favoriserons le développement des services de proximité (aide au maintien à domicile des personnes âgées, garde d’enfants…) fortement créateurs d’emplois

Nous soutiendrons les commerces de centre-ville en développant une politique d’animation commerciale
 
 
 
 
 

 

Les propositions UMP-UDF-Non inscrits

UN DEPARTEMENT GERE AVEC SERIEUX

Nous en avons assez de voir l’image de l’Essonne ternie par les erreurs de gestion des élus de gauche comme de droite. Le fameux rapport TIBERI pour les uns, la multiplication des gaspillages pour les autres : de l’audit du service communication, réalisé entre Noël et le jour de l’an 1998 pour 371 000 francs, à la réalisation d’une cassette vidéo sur la commune de Lannion, située en Bretagne… On ne compte plus les dépenses injustifiées. Au bout du compte, ce sont les Essonniens qui payent la facture. Ainsi, la gauche, reniant ses engagements, augmente les impôts au lendemain de chaque élection. 

TRANSPARENCE ET DEMOCRATIE

Considérer les Essoniens comme des citoyens : avant le lancement de tout projet, nous mènerons une concertation avec les Essonniens intéressés

Nous créerons des comités consultatifs des Essonniens, chargés d’apporter des propositions nouvelles et d’améliorer les problèmes de vie quotidienne

Pour favoriser l’esprit citoyen, nous réinstallerons le conseil général junior supprimé par la gauche.

Nous rendrons compte aux électeurs de notre action par le journal et par le site internet.

LE BUDGET

Nous nous engageons à :

- Supprimer tous les gaspillages repérés au Conseil général
- Maîtriser la fiscalité départementale et limiter strictement le niveau de l’endettement car les dettes d’aujourd’hui sont les impôts de demain. Notre objectif est de ne pas augmenter la pression fiscale.
- Mettre systématiquement en concurrence les entreprises qui travaillent avec le Conseil général et publier chaque année la liste des entreprises choisies et le montant des prestations fournies
- Préférer les petits projets d’amélioration de la vie quotidienne aux grands projets ruineux

Henri PREVOT   :   UN CANDIDAT D'UNION
UMP, UDF, NIPP(non inscrits) et Ste Geneviève Autrement